• « Si jamais... » de Meg Rosoff

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 350   |   Edition : Livre de poche   |   Collection : Jeunesse

    « Si jamais... » de Meg RosoffChallenge A&M

    Étant dans ma passe (re)découverte en ce moment, j'étais pratiquement obligée de me tourner vers ce livre que j'avais beaucoup apprécié par le passé. Un livre qui, après (re)lecture, me laisse un léger sentiment de perplexité et d'incompréhension.

    Je dois dire que je ne sais pas trop par quoi commencer cet avis alors je vais trancher directement dans le vif du sujet : je n'ai pas aimer ce roman. Que ce soit le personnage principal qu'est David (ou Justin pour les intimes), cet espèce d'adolescent torturé et incompris qui se croit frappé et poursuivit par un destin (la fatalité) au sens de l'humour plutôt déroutant, ou bien sa bonne amie Agnès, fille (femme ?) complexe et délurée au style vestimentaire apocalyptique et à l'esprit (oserais-je le dire ?) plutôt dérangé, en passant par son entourage et les aventures/réactions improbables qui lui font face. Ce livre, c'est un méli-mélo d'idées, des pensées presque obscènes, de situations dérangeantes et au sens de l'humour assez noir. Je n'ai pas apprécié cette atmosphère lourde et pesante. J'ignore même ce qui m'avait attiré dans cette lecture par le passé. Rien, dans ce roman, n'a trouvé grâce à mes yeux, excepté la présence du petit être surdoué qu'est Charlie, le frère de notre héro. Les évènements s'enchaînent avec un rythme étrange. Les pensées se succèdent, les points de vue laissent place à d'autres points de vue qui ont tendance à nous laisser sur le coté, à nous faire perdre le fil. J'ajouterais même que ce n'est pas une histoire à mettre dans les mains d'un jeune de quatorze ans tant les idées de Justin/David sont dérangeantes (particulièrement sur la fin).

    Je suis vraiment déçue de ne pas avoir retrouvé ce qui m'avait tant plu la première fois. Et après (re)lecture, je me demande même si je suis déjà venue à bout de cette histoire tant elle m'a laissée refroidie. J'en espérais peut-être trop, j'ai peut-être trop réfléchi quant à la succession des événements, ou peut-être est-ce mon esprit qui n'a pas su décrypter la souffrance du personnage que j'étais plus à même de comprendre durant ma propre adolescence (qui ne remonte pas si loin que ça finalement !).

    J'ai l'impression d'être assez sévère dans cet avis, mais comprenez moi : pour cette fois, c'est quand même un gros flop niveau lecture ! J'ajouterais cette dernière petite chose : merci l'auteur pour ces grands moments de poésie.

    Extrait : « Ils finirent par s'en aller et passèrent une demi-heure fiévreuse dans la voiture d'Alex, durant laquelle Serena procura les plaisirs sexuels requis. Son nouveau petit ami ne lui rendit pas la politesse, ce dont elle aurait pu lui garder rancune si elle y avait seulement réfléchis. [...] Ils ne s'épargnèrent qu'une relation sexuelle aboutie, à cause des réticences de Serena à l'encontre des fluides corporels et des réticences d'Alex à l'encontre des préservatifs. »

    Challenge A&M


    1 commentaire
  • « Skeleton Creek : tome 1 » de Patrick Carman.

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 189   Editeur : Bayard   |  Collection : Jeunesse

    Pour visionner les vidéos de Sarah Ficher, c'est par ici. Je vous rappel cependant que, pour cela, il vous faudra un mot de passe, seulement accessible via le livre.

    Challenge A&M

    Mon avis :

    Je serais incapable de vous dire quand et comment j'en ai entendu parler. Ce fut comme un murmure, de simples chroniques qui m'encouragèrent un peu plus chaque jour à découvrir ce récit. Tout le monde s'accordait à dire que c'était une lecture à ne pas manquer, que son coté interactif était distrayant et rénovateur, que les vidéos apportaient un plus non négligeable. Quelque chose d'indispensable, d'exceptionnel. Il y a quelques jours, je suis tombée dessus par hasard. C'était la première fois que le premier tome était disponible à la bibliothèque, alors j'ai sauté sur l'occasion. Je l'ai emprunté pour savoir, pour comprendre ce qu'il y avait d'aussi extraordinaire dans cette lecture. Je peux vous dire que le lire hier soir durant la soirée ne fut pas la meilleure idée qui me soit venue.

    Le concept des vidéos est réellement très surprenant, bien qu'on puisse facilement s'en passer si l'ordinateur n'est pas à proximité - Ryan, nous faisant un petit compte-rendu après chacune d'entre elles. Cependant, ce sont elles qui font la plus grosse part du boulot. Ce sont les vidéos qui inspirent l'angoisse, qui font transpirer de peur, qui instaurent ce sentiment d'omniprésence. Je ne saurais pas comment vous l'expliquer, mais la situation fut telle que je n'osais même plus respirer pendant ma lecture. Chaque nouveau mot de passe me faisait frémir avant même d'être encodé sur le site de Sarah Fincher. A plusieurs reprises, je me suis surprise à sursauter et à soupirer en constatant que la peur n'avait pas lieu d'être (oui, oui, je confirme... Je suis une grande froussarde !). Lors du visionnage, j'avais presque l'impression d'être le personnage principal, Ryan. J'ai eu le sentiment que Sarah s'adressait à moi, qu'elle me parlait, qu'elle me montrait ses nouvelles découvertes en même temps qu'au garçon. Je pense que c'est cette proximité envers le personnage secondaire qui m'a tant poussée à la frayeur. C'est comme si j'avançais pas à pas, apprenant l'histoire au même titre que Ryan, à suivre la vie de Sarah à travers ses yeux et son récit. Car oui, le livre est centré sur le garçon. Le bouquin est écrit de telle manière que l'on penserait lire son journal intime. Tout y est. Les lignes bleues sur fond blanc, l'écriture particulière, l'emploi de la première personne. Une immersion totale, un semblant de voyeurisme. La découverte d'une vie qui n'est pas la notre, de vidéos qui ne nous sont pas adressées.

    C'est prenant. Trop prenant. Ou pas assez. Ce premier tome ne fut pas particulièrement très poussé. Des petites découvertes, de légers détails, le début. Le commencement. Comment tout est arrivé, ce qui s'est passé, ce qui les a conduits à cette situation. Ce qu'il se passe ensuite. On avance tout doucement. On visionne. On angoisse. On continue de lire. On s'imprègne de cette ambiance fuyante, légère. Comme une volute de fumée que l'on tenterait d'attraper sans y parvenir, qui fini toujours par nous échapper. Ce n'est rien d'autre qu'une mise en bouche. Un goût de trop peu qui pousse à savoir. A connaître. A en vouloir plus. La fin est tellement... Brutale. En refermant le bouquin, je n'avais qu'une envie : hurler. Crier. Voir que l'histoire s'arrêtait comme cela, si brusquement. En pleine intrigue. Avec tant de questions encore présentes. Tant de questions en suspens. Tant de réponses absentes... Je n'ai plus qu'une seule hâte, lire le second tome qui, fort heureusement, n’attend plus que moi, posé sur le bureau ! Et vous, l'avez vous lu ? Êtes-vous tentez par cette interaction et par ce principe de vidéos ?

    Challenge A&M

         

    Challenge A&M


    1 commentaire
  • / ! \ Ne lisez pas le résumé si vous ne voulez pas être spoilé / ! \

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 211   Editeur : Bayard   |  Collection : Jeunesse

    Pour visionner les vidéos de Sarah Ficher, c'est par ici. Je vous rappel cependant que, pour cela, il vous faudra un mot de passe, seulement accessible via le livre.

    Challenge A&M

    Mon avis :

    Vous devez savoir une chose importante à propos de cette lecture : une fois que vous l’aurez commencé, il sera impossible de vous y soustraire. Le premier tome était déjà grandiose, le concept des vidéos étaient rénovateur, l’implication du lecteur était fabuleuse et la tension qui imprégnait le bouquin était tout ce qu’il fallait pour en faire une découverte exceptionnelle. Je pensais qu’il serait difficile de faire mieux. Je me suis trompée. Ce second tome est... Comment vous le dire avec des mots ? La cerise sur le gâteau. L’apothéose. L’apogée d’une intrigue travaillée avec soin. Ce second tome est encore plus riche en angoisse, en vidéos et en découvertes. Sarah, plus curieuse que jamais, veut connaître le fin mot de l’histoire. Ryan ne quitte plus son journal. Joe est plus présent et plus féroce qu’auparavant. Ses manifestations sont plus nombreuses, inévitables.

    Mes nerfs furent mis à rude épreuve lors de cette seconde lecture. Je n’aime pas tout ce qui touche au paranormal en général. Les histoires de fantômes ou d’esprits me terrorisent déjà sans que je n’aille besoin d’en visionner des photos ou des apparitions. Certes, ce n’est qu’un livre. Certes, ces données sont tout droit sorties de l’imagination de l’auteur. Mais là n’est pas la question. L’ambiance est telle que j’ai eu tendance à faire abstraction de ce détail. Pour moi, Sarah était vraiment entrain de percer le mystère, accompagnée de Ryan. Je n’étais qu’une spectatrice, impuissante. Une voyeuse, visionnant des vidéos qui ne m’étaient pas adressées mais qui m’intriguaient tellement que je voulais absolument savoir. Skeleton Creek, c’est comme une drogue. Une fois que vous l’avez commencé, vous ne pouvez plus faire demi-tour. Il est impossible de passer outre l’histoire ou de ne pas vouloir connaître la suite. C’est indispensable. Presque vital.

    Les énigmes sont tellement nombreuses, les révélations tellement surprenantes… Je me suis agrippée au livre, le cœur au bord des lèvres, le souffle coupé. On découvre de nouveaux personnages, on en apprend plus sur d’autres qui étaient déjà présents. On nous parle du Crâne, de ses membres, de leur lien avec la Drague et Joe Bush. Lui, du temps de son vivant, mais aussi l’après. Son fantôme. Pourquoi est-il toujours là ? Je ne m’attendais pas à ça. C’est tellement poussé… Ca part tellement loin ! On voit que l’histoire ne s’arrête pas là. Elle a été travaillée, peaufinée, exploitée pour surprendre. Le lecteur est pris dans la vague, emporté dans ce flot de découvertes inattendues. Finalement, j’ai eu l’impression que ce second tome se suffisait à lui-même. L’auteur n’aurait même pas eu besoin d’écrire un troisième tome selon moi. La fin laisse planer une certaine confusion, mais ce n’est pas apocalyptique pour autant. Ca donne un plus. Que va-t-il se passer ensuite ? Je vous laisse le découvrir. Un conseil avant de vous laisser cependant… Ne regardez pas les vidéos le soir. Ne lisez pas le livre la nuit. Ou alors, tendez l’oreille. Ecoutez bien. Peut-être seriez vous alors capable d’entendre ce pauvre Joe Bush traîné sa jambe meurtrie pour vous mettre en garde…

    Challenge A&M

         

    Challenge A&M

     


    votre commentaire
  • / ! \ Ne lisez pas le résumé si vous ne voulez pas être spoilé / ! \

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 205   Editeur : Bayard   |  Collection : Jeunesse

    Pour visionner les vidéos de Sarah Ficher, c'est par ici. Je vous rappel cependant que, pour cela, il vous faudra un mot de passe, seulement accessible via le livre.

    Challenge A&M

    Mon avis :

    Ayant enchaîné les trois premiers tomes, je m'attendais à une certaine continuité, un roman suivit et constant. J'ai eu l'impression, après le premier tome, que l'intrigue se propulsait en avant pour gagner des territoires inexplorés qui nous surprendraient bien d'avantage. Et le second tome fut à la hauteur de mes attentes. Oserai-je même dire qu'il les dépassa... Mais ce ne fut pas le cas pour celui-ci. J'ai ressenti une certaine baisse de régime et de niveau, une dégradation pittoresque du style de l'auteur. Ryan n'était plus pareil. Sarah n'était plus la même. On met certains détails de cotés, on en rapporte d'autres. J'ai été déçue par ce troisième tome. J'imaginais autre chose. Quelque chose de plus concret, de plus pousser. De plus effrayant aussi.

    L'auteur n'a cessé de parler de pêche, de poisson, de lac et de choses toutes aussi futiles durant la majeure partie du roman. Il n'y a plus ce coté angoissé, cette peur inexpliquée de la part de Ryan. Sarah n'est même plus là pour l'emmener dans ses folles aventures. Elle sillonne le pays de son coté, cherchant la réponse à une nouvelle énigme, simplement guidée par le garçon. Elle n'apparaît même plus dans ses vidéos. On perd ce sentiment de lien, d'interaction entre les personnages et le lecteur. On suit juste une aventure en simple spectateur. Il n'y a pas de quoi réfléchir, pas de quoi se retrancher dans la peur. Il n'y a rien de particulièrement effrayant. Rien qui puisse même ne serait-ce que faire frémir. Certes, l'auteur à cru bon de parsemer son histoire de quelques légendes urbaines pour donner ce coté frémissant des deux premiers, mais il en à tout de même perdu sa force.

    Pour revenir à Sarah, cette folle d’aventure, n’a plus ce coté pétillant, ce peps qu’on lui connaissais. Ses vidéos se transforment en documentaires. On voit des photos qui se superposent, des petits montages - sur le fond de sa voix - qui nous retranscrivent ces vieilles légendes. Ces lieux hantés qu’elle doit visiter pour avoir des réponses. Barbant. J’ai eu tendance à passer cette partie des vidéos. Ca ne m’intéressait pas. Je ne comprenais pas l’utilité d’un tel affichage, bien que l’auteur ait trouvé une solution, une réponse à cette nouvelle manie. Je n’ai pas cherché plus loin.

    Précédemment, les mots de passe étaient illustrés par une petite image. Là, rien. Juste un code sur une page lignée blanche. Rien de plus. Rien de plus énigmatique. Rien de plus recherché. Je crois que tout ce qui me plaisait dans les premiers tomes s’est effrité dans cette troisième partie. Fini le coté impliqué, fini les frissons incontrôlables, fini la complicité entre Ryan et Sarah. Je ne m’attendais vraiment pas à ça. Selon moi, Patrick Carman aurait dû s’arrêter au second tome qui, je trouve, se suffisait bien à lui-même. Ou bien aurait-il dû continuer sur sa lancée sur Skeleton Creek plutôt que de nous implanter un nouveau décor et de nouveaux personnages sans pousser plus loin son intrigue. Je lirais le quatrième tome, je ne le nie pas, mais je resterais sceptique jusque là...

    Challenge A&M

         

    Challenge A&M


    2 commentaires
  • Sweet de Emmy Laybourne                      360 pages | Hachette | 17,85 €

    Madame, Monsieur,
    J’ai l’honneur de vous inviter à une extraordinaire croisière de luxe à bord de l’Extravagance !
    Au programme : découverte en avant-première d’un produit miracle qui vous débarrassera de vos bourrelets disgracieux. Et sans efforts !
    Vous rêvez de retrouver votre taille de guêpe ? Le Solu est fait pour vous. Le Solu n’est pas un amincissant comme les autres. Le Solu vous fera vraiment maigrir. Vous ne pourrez plus vous passer de lui.
    Je vous le garantis.
    N’attendez plus : rejoignez-nous sur les rives de Fort Lauderdale, en Floride, pour un embarquement imminent !
    Au plaisir de vous aider à mincir,
    Timothy Almstead, président de Solu Corporation...

     

    Ce que j'en ai pensé                    

    La première chose qui m'a attirée dans « Sweet », c'est sa couverture. J'aime beaucoup le contraste entre les lèvres décorées de sucre (ou de Solu ?!) et les mains tâchées de sang qui encadrent cette petite phrase d'accroche : « Il n'y a pas que vos complexes qui vont fondre ».

    Et une fois le livre entamé, J'ai apprécié le message véhiculé par l'auteur. Les écrivains nous dépeignent souvent des héroïnes bien dans leur peau, avec des formes mais pas trop, avec une condition physique enviable, etc. Des modèles à suivre, que nous pouvons également retrouver sur les podiums, dans les magasines, à la télé, etc. C'est-à-dire partout dans la société actuelle.

    Pouvoir suivre les aventures d'un fille comme Lauren, adolescente de 17 ans, bien dans ses baskets avec ses quelques rondeurs, était comme un petit vent de fraîcheur.

    Cependant (et là vous me voyez venir à des kilomètres), bien que « Sweet » soit un livre addictif avec une belle morale, je n'ai pas été conquise par son intrigue. 

    Bon, d'accord, le diktat de la beauté et de la minceur était un sujet intéressant, mais je n'ai pas aimé la manière dont les choses ont été tournées. Je ne sais pas si c'est dû à la romance trop marquée, qu'on sent pointer à des kilomètres, ou bien à la personnalité des personnages que j'ai trouvé particulièrement pauvre, ou encore cette fin qui n'en est pas vraiment une et qui me laisse un léger goût amer... Quant au personnage de Tom-Tom, je n'en parle même pas ! Ce pseudo bellâtre m'a tapé sur les nerfs dès les premières lignes.

    Enfin, le fait est que j'ai trouvé qu'il manquait un petit truc. Ce petit quelque chose pour que l'histoire soit vraiment bonne et me transcende, d'autant plus que l'idée de base était on ne peut plus intéressante et novatrice.

    Je suis restée sur ma faim. J'en garde un sentiment de frustration. Je reste très critique quant à son contenu. Je lui accorde un 10 sur 20, parce que j'en espérais plus et parce que j'ai été partiellement déçue par son déroulement et sa conclusion (tout ça, pour ça ?!). Ce livre m'a fait le même effet que le Solu pour Lauren : j'en attendais beaucoup, ,j'ai été déçue par son contenu. 

     

    D'autres livres écrits par l'auteur 

       


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique