• Noah de Jesse Christen                         512 pages | Milady (Emma) | 9,99 €

     

    Diagnostiqué asocial à treize ans, Noah s'efforce de se faire discret dans sa nouvelle école, après son renvoi mouvementé de la précédente. Sa dernière année de lycée, il la passe majoritairement à fuir les autres élèves, à se prendre la tête avec sa mère Dahlia, et à faire du skate. Les jours se suivent et se ressemblent tous, jusqu’à l’arrivée dans son paysage du nouveau prof de littérature, Ethan, qui paraît capable de voir au-delà de sa réputation difficile. Bientôt, Noah sent vaciller les barrières qu’il a érigées entre le monde et lui, mais est-ce une bonne idée pour l’élève comme pour le professeur de se laisser prendre à ce jeu risqué… ?




    Ce que j'en ai pensé                    

    « Noah », c’est l’histoire d’un adolescent « asocial », au passé un peu trouble et au présent pas toujours évident, qui donne l'étrange impression de subir sa vie, ce qui est tout à fait compréhensible lorsque l'on sait qu'il est incompris de tous, même de sa propre mère. Enfin... Jusqu'au jour où Ethan et son amour de la littérature débarquent dans sa vie.

    Ce synopsis relativement fleur-bleu laisse place à un contenu qui met un certain temps à démarrer et à se mettre en place. Il faut donc être assez patient pour comprendre où l'auteure veut nous amener. Et j’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l'intrigue au début, même si le choix de l'auteure m'a paru tout à fait justifié. Comme une manière de permettre au lecteur de se familiariser avec le décor, de savoir où il met les pieds et d'appréhender le fonctionnement de Noah, qui n'est pas toujours simple. 

    Une fois la plume de Jesse Christen apprivoisée, je dois reconnaître que j'ai passé un bon moment en compagnie de ses personnages, à la fois complexes et étrangement familiers. L'auteure à un style agréable, une bonne façon de dépeindre son univers et de décrire les pensées parfois brutes de Noah. En d'autres termes : j'ai adoré.

    Même si... Quelque petites choses m'ont titillée : le complexe du sauveur d'Ethan, l'âge de Noah, la relation plutôt malaisante par moments entre ces deux derniers, etc. Il faut dire que Jesse Christien est assez floue en ce qui concerne le professeur. Quel est son passé ? Ses sentiments ? Ses intentions ? Si je n’avais qu’un seul regret à formuler, ça serait d'ailleurs celui-ci : ne pas avoir eu plus d’éléments sur Ethan puisque, au final, on ne sait que très peu de choses sur cet homme. Un petit tome supplémentaire lui étant dédié aurait été accueilli avec enthousiasme pour ma part, juste histoire de le connaître davantage et de comprendre les rouages de son esprit, autrement qu'au travers des révélations de sa soeur.

    Concernant mes autres critiques, si vous parvenez à faire abstraction de ces menu-détails (l'âge et la relation prof/élève, par exemple), alors vous passerez probablement un agréablement moment. Le roman se laisse lire facilement, l'écriture est belle et l'histoire, un peu brute, dans le bon sens du terme. 

    En résumé : je dirais que « Noah » est une histoire sans prétention que j’ai bien aimée, même si la fin m’a un peu déçue (entre nous, je ne suis pas certaine de l'avoir comprise). Je n’aurais pas été contre quelques lignes supplémentaires ou la présence d’un petit épilogue pour conclure cette lecture en beauté et passer outre mon sentiment de frustration d'être restée sur ma faim. 

     

    D'autres livres écrits par l'auteur 

      


    votre commentaire
  • Wild Heart de Lily Haime                      323 pages | Milady (Emma) | 20 €

    « Wild Heart » de Lily Haime (M/M)

    « Es-tu en colère Gabriel ? »
    Cette question, le docteur Grant la lui a posée à chaque début de séance, durant sa détention au centre correctionnel de Red Wing. Quand Gabriel en sort, elle reste dans sa tête comme un disque rayé.
    Bien sûr qu'il est en colère, il l'a toujours été et il l'était surtout au lycée, où il voyait ce garçon un peu trop souriant et heureux. Un jour, Gabriel l'a poussé un peu trop fort. L'instant d'après, Vicky gisait au bas d'un escalier, sa jambe brisée. Handicapé, à jamais...
    Depuis qu'il est sorti, Gabriel essaie de refaire sa vie. Il écrit des lettres d'excuse qu'il n'envoie jamais. Il se bat pour trouver un certain équilibre et contrôler cette rage qui le dévore... jusqu'au jour où sa route recroise celle de Vicky.

      

    Ce que j'en ai pensé                    « Insaisissable [01] » de Tahereh Mafi

    C'est une histoire poignante que j'ai dévoré en à peine quelques heures.

    C'est un mélange d'émotions contradictoires, de sentiments bruts couchés sur le papier de manière forte et réaliste. J'ai beaucoup apprécié les lettres de Gabriel, toutes ces choses qu'il n'ose pas avouer à cause de sa "fierté mal placée" (même si c'est un peu plus que ça).

    Le coté exubérant de Vicky m'a également beaucoup plu. Lui et Gabriel ont des personnalités qui sont riches, au même titre que les divers personnages qui gravitent autour d'eux. Chacun est différent, unique à sa façon.

    Petit bémol : j'ai trouvé que leur histoire démarrait peut-être un peu trop rapidement, mais elle n'en reste pas moins très prenante.

    J'ai l'impression d'avoir perdu un ami en tournant la dernière page. J'aurai d'ailleurs pu en garder un goût amer si la plume de l'auteur ne m'avait pas autant plu. Je le recommande !

     

    D'autres livres écrits par l'auteur

        


    votre commentaire
  • « Et si c'était vrai... T02 » de Eli Esseriam

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor

    Avant d'entamer un quelconque avis, j'aimerais dire un tout grand merci à ma partenaire Charabistouille pour m'avoir offert ce livre le jour de notre rencontre livresque (il faudrait d'ailleurs qu'on remette ça,  à l'occasion). Cela étant dit, je dois vous avouer une chose : cette lecture remontant à plusieurs semaines, je ne suis plus très sûr de ce que j'ai pu ressentir durant celle-ci. A vrai dire, je mens. Je sais ce que j'en ai pensé, mais je ne suis pas certaine d'arriver à y mettre des mots... Mais trêve de bavardages ! J'ai dû vous manquer durant cette période d'absence, je ne vous laisserais donc pas languir d'avantage.

    Ayant beaucoup aimé le premier tome, mais ayant été un peu déçue par la fin que j'avais trouvée trop brusque, j'avais hâte de pouvoir me replonger dans cette nouvelle histoire mettant en scène nos deux protagonistes. J'avais un peu peur que Marc Levy ne nous jette entre les dents une suite un peu bancale ou, pire encore, une version remasterisée du premier livre en inversant le rôle des personnages. Heureusement, ce ne fut pas le cas ! Certes, certaines circonstances sont assez similaires (je dois bien le reconnaître), mais l'auteur y met une telle passion qu'on y fait vite la passe. Je dois également reconnaître qu'il n'y a pas énormément de réponses dans ce second tome... Mais ce n'est pas grave !

    Beaucoup de monde connaît le talent d'écrivain de Marc Levy, sa façon presque poétique de décrire une romance parfois floue qui prend peu à peu de l'ampleur. Et bien c'est ça que j'ai apprécié dans ce second tome. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un bouquin émouvant puisqu'il n'y a pas grand chose à s'émouvoir, mais la romance qui s'y développe une fois encore est suffisante pour contenter le lecteur (du moins, elle m'a contentée). Je sais, pour m'être renseignée, que tout le monde n'a pas apprécié cette lecture, pour diverses raisons. C'est vrai qu'en dehors de cette romance, ce second tome n'apporte pas grand chose à l'histoire initiale. Les situations se ressemblent un peu, les comportements également. Certains personnages ont d'ailleurs eu tendance à tirer sur ma corde d'irritabilité, tant ils étaient agaçants, mais au final, vous l'aurez compris, c'est une lecture qui fini bien pour moi. Certes, il n'était peut-être pas indispensable de l'écrire, mais elle fut assez mignonne que pour susciter une petite étincelle de curiosité dans mon âme de lectrice, et pour contenter ma soif inavouée de romance imaginaire un peu fleur bleue...

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor


    2 commentaires
  • Challenge A&M

    Nombre de pages : 256   |   Edition : Pocket

    Il y a tellement de choses à dire sur cette lecture que je ne sais pas exactement par où commencer. Je vais toutefois essayé de trouver les mots justes pour vous décrire ce que j'ai ressentis durant cette découverte qui me laisse à la fois très surprise - dans le bon sens du terme - mais aussi un peu sceptique. Pour des raisons pratiques, je commencerais par le positif (oui, c'est toujours plus aisé de commencer par ce qui nous a plu quand l'avis général est plutôt bon) : 

    Ayant fortement apprécié le style de l'auteur dans « Le voleur d'ombre », ma partenaire Charabistouilles a eu la merveilleuse idée de me faire découvrir l'un de ses - nombreux - autres romans par le biais de « Et si c'était vrai... ». Encore une fois, il s'agit là d'un roman alliant fantastique et monde réel, passant de l'un à l'autre avec une telle facilité que cela en est déconcertant. Fidèle à lui même, Marc Levy utilise sa plume de manière très douce et poétique, s'engageant sur des chemins rocambolesques qui finissent malgré tout par nous séduire par leur sérieux et leur exactitude. Les personnages sont intelligents, ressentent des émotions qui passent très facilement au travers du papier pour nous atteindre. Là est la magie de l'auteur. Il parvient à nous toucher de ses mots à chaque instant, bien que ces mêmes mots soient aussi l'une des faiblesses du livre puisque je n'ai pas particulièrement aimé les aspects - trop - poétiques de l'histoire, ni la cassure en flash back vers les deux tiers du roman ou le coté un peu « artiste déjantée » de sa mère. De plus, les réactions ne sont pas toujours toutes compréhensibles (réf. Arthur petit garçon) et ça laisse un léger goût amer quand on sait que sans cela, l'auteur aurait pu faire un sans faute.

    Ce détail mis à part, l'histoire reste très agréable et tendre. J'ai beaucoup aimé la relation complexe entre les deux héros, leur romance idyllique et les complications qui en découlent obligatoirement. C'est une très belle histoire. Certes, peut-être un peu tirée par les cheveux - l'auteur a quand même été chercher loin pour retranscrire les détails de son histoire (n'oublions pas que Lauren est un fantôme - médecin qui plus est - et que certains termes semblent plus que compatibles avec ce dit statut) - mais on se très laisse facilement prendre au jeu. Le rôle de son coéquipier n'est pas non plus à négliger. J'ai adoré sa personnalité et sa répartie, ainsi que son sens de l'amitié. Je dois avouer que, pour moi, c'est là un roman qui sait toucher et conquérir dès les premières pages, même si parfois quelques longueurs sont rencontrées, elles sont très facilement mises de coté au profit d'une romance captivante qui ne vous laissera certainement pas de marbre. Tout est là, réuni, pour vous faire passer un très bon moment. Et pour vous prouver que l'écriture de Marc Levy est vraiment très belle, voici un - assez long - extrait :

    « Elle lui demanda d'imaginer qu'il avait gagné un concours dont le prix serait le suivant. Chaque matin une banque lui ouvrirait un compte de 86 400 dollars. Mais tout jeu ayant ses règles celui-ci en aurait deux :
    _ La première règle est que tout ce que tu n'as pas dépensé dans la journée t'est enlevé le soir, tu ne peux pas tricher, tu ne peux pas virer cet argent sur un autre compte, tu ne peux que le dépenser, mais chaque matin au réveil, la banque te rouvre un nouveau compte, avec de nouveau 86 400 dollars, pour la journée. Deuxième règle : la banque peut interrompre ce petit jeu sans préavis; à n'importe quel moment elle peut te dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n'y en aura pas d'autre. Qu'est ce que tu ferais ?
    Il ne comprenait pas bien.
    _ C'est pourtant simple, c'est un jeu, tous les matins au réveil on te donne 86 400 dollars, avec pour seule contrainte de les dépenser dans la journée, le solde non utilisé étant repris quand tu vas te coucher, mais ce don du ciel ou ce jeu peut s'arrêter à tout moment, tu comprends ? [...] Cette banque magique nous l'avons tous, c'est le temps ! La corne d'abondance des secondes qui s'égrènent ! Chaque matin,  au réveil, nous sommes crédités de 86 400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir il n'y a pas de report à nouveau, ce qui n'a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer. Chaque matin cette magie recommence, nous sommes recrédités de 86 400 secondes de vie, et nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n'importe quel moment, sans aucun préavis : à tout moment, la vie peut s'arrêter. Alors qu'en faisons-nous de nos 86 400 secondes quotidiennes ? »

    Cela étant dit, je me permets de remercier ma partenaire Charabistouilles - dont j'ai parlé plus haut - pour m'avoir offert cette exemplaire lors de notre toute première rencontre. Ce fut une très agréable découverte et il me tarde de pouvoir commencer la lecture du second tome ! Merci à toi... Et pour ceux qui ne la connaissent pas encore, voici de quoi vous contenter, mes chers amis (cliquez, c'est gratuit !) :

    Challenge A&M

    « Et si c'était vrai... » de Marc Levy. « Et si c'était vrai... » de Marc Levy.Challenge A&M


    2 commentaires
  • / ! \ Ce résumé en dit peut-être un peu trop sur l'histoire... / ! \

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 320   |   Edition : La Martinière   |   Collection : Fiction J

    « Chobits : tome 1 » de Clamp

    Je commencerais cet avis en vous déconseillant fortement de lire le résumé qui, je trouve, en dit beaucoup trop sur l'histoire et/ou pourrait en décourager certains. De plus, d'autres pourraient avoir la fâcheuse tendance (tout comme moi, j'imagine) de considérer que l'histoire est ainsi faite et qu'elle n'ira pas plus loin. Mais que neni mes chers amis ! Pour vous situer un peu l'histoire, voici mon propre résumé de la situation :

    « D’un coté, nous avons Maggie qui, suite à un accident de voiture, voit sa vie changer du tout au tout : ses amis s’éloignent, sa mère la surprotège et son activité préférée – à savoir le tennis – semble depuis lui faire défaut. De l’autre coté, il y a Caleb, un garçon un peu bad boy qui s’est retrouvé dans une situation assez compromettante puisqu’il a renversé sa voisine, Maggie, alors qu’il conduisait en état d’ébriété... Mais Caleb est de retour à Paradise, une ville assez petite pour que leurs destins puissent se croiser de nouveau… »

    Certes, je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal à me glisser dans l'intrigue lors de mon démarrage mais ce blocage s'est vite estompé, au détriment d'une vive vague d'appréciation. Moi qui imaginais déjà la tournure qu'allait prendre les évènements, les dialogues qui allaient être échangés et la romance qui ne manquerait pas de noyer le roman d'ici les premières pages entamées...Je dois dire que je fus agréablement surprise. Une fois les soupçons balayés, l'histoire prend une tournure très intéressante et attractive. Autrement dit : je me suis complétement ramassée avec mes appréhensions non-justifiées !

    Les quelques dits soupçons qui s'emparaient de mon esprit se sont avérés complétement erronés et c'est là que c'est devenu intéressant : on se plonge dans l'histoire avec des bases et des idées que l'on penseraient solides, mais qui ne font que s'effriter au fur et à mesure de l'intrigue, pour le petit bonheur de notre âme de lecteur. La surprise est souvent au rendez-vous, une pointe de romance guide nos pas sans nous gaver de mots doux et de sobriquets mielleux qui m'avaient un peu refroidie dans Hors limites des éditions Darkiss. Autre point positif : les personnages. Je voyais déjà la petite demoiselle fragile et meurtrie, en proie au charme du méchant bad boy... Si seulement vous pouviez imaginer le soulagement que j'ai ressenti lorsque j'ai constaté que ce désastreux cliché n'était pas complétement amorcé. Les personnages sont loin d'être sans cervelle. Ils réfléchissent. Ils ont une consistance. Ils sont logiques dans leurs actes. On arrive pratiquement sans peine à se mettre à leur place ou à imaginer notre propre réaction dans telle ou telle situation et c'est très agréable de se retrouver face à une telle capacité.

    En conlusion : l'histoire ne m'a pas conquise dans son entièreté puisque j'ai bloqué un peu au début, mais je peux dire que j'ai été très agréablement surprise par cette découverte et il me tarde de pouvoir mettre la main sur le second tome. Les prochaines aventures de nos deux personnages principaux ne manqueront pas d'être pimentées au vu du résumé de celui-ci... Cela étant dis, je tiens à remercier le site True Blood Addict pour cet exemplaire que j'ai eu la chance de remporter suite à un concours. Je vous invite à visiter le site, si ce n'est déjà fait... :-)

    Challenge A&M

    « Paradise : tome 1 » de Simone Elkeles « Paradise : tome 1 » de Simone Elkeles

    Challenge A&M


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique