• Le monde de Charlie de S. Chbosky    288 pages | Le Livre de Poche | 6,60 €

    « Le monde de Charlie » de Stephen Chbosky

    Au lycée, on trouve Charlie bizarre.

    Trop sensible, pas « raccord ».

    Aux yeux de son professeur de Lettres, qui lui fait découvrir les classiques américains, c'est sans doute un prodige ; les autres le voient comme « freak ».

    Lui se contente de rester en marge des choses.

    Jusqu'au jour où deux étudiants, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, les filles, la fête : c'est tout un monde que Charlie découvre.

     

    Ce que j'en ai pensé                    

    Sincèrement, au début, je n'étais pas du tout emballée par cette lecture.

    Le résumé ne m'inspirait pas. La couverture, encore moins. Et je ne parle pas des premières lignes qui ont suscité un sentiment d'appréhension dans mon esprit... Je remercie toutefois les grandes surfaces pour leurs actions « 2 + 1 gratuit » dans les livres de poche puisque, sans cela, je n'aurais jamais succombé à la plume de Stephen Chbosky !

    Car, en effet, j'ai succombé à cet auteur. 

    Je ne vous cache pas que le style est assez particulier puisque le roman est composé de multiples lettres que Charlie adresse a on-ne-sait-qui. Ainsi, lettre après lettre, nous nous enfonçons dans son quotidien et dans le méandre de son esprit... Et je dois dire que j'ai su apprécier cette forme. 

    Charlie est un personnage atypique qui m'a tout de suite conquise.

    Je me suis reconnue dans ses pensées, dans sa manière de voir le monde et de se poser mille et une question sur la façon dont il « doit » se comporter. Son innocence et sa fragilité m'ont aussi beaucoup touchée. Je trouve que cette lecture dépeint assez bien l'adolescence et la complexité de cette étape dans la vie d'un individu.

    J'ai également beaucoup aimé la conclusion de ce roman, même si... le rebondissement dont notre héro est victime est assez énorme ! Je ne vous en dirais pas plus, mon but n'étant pas de vous spoiler, mais bien de vous donner mon avis et - lorsqu'un bouquin trouve grâce à mes yeux - de vous propager mon amour de la lecture ! 

    Je ne peux donc que vous conseiller ce roman car, bien que les débuts soient un petit peu difficiles à appréhender (comme dit plus haut, la plume de l'auteur est assez particulière), l'histoire en vaut largement le détour. 

    En ce qui concerne le film, je trouve que l'adaptation est plutôt réussie. Je dirais même, assez fidèle au roman puisque la plume de l'auteur a été admirablement retranscrite. Vous l'aurez donc compris, j'ai passé un agréable moment lors du visionnage du « monde de Charlie ». Certes, Charlie semble un petit peu moins complexe à travers l'écran, mais je pense que l'adaptation aurait difficilement pu être meilleure. Et puis... Je dois avouer que j'ai quand même beaucoup apprécié les acteurs choisis pour incarner les personnages de Chbosky ! 

     

    Bande-annonce du film          Ne regardez pas la BA si vous ne voulez pas être spoilé


    votre commentaire
  • La terre brûlée de James Dashner     414 pages | Pocket (jeunesse) | 20,95 €



    T2 - Ne lisez pas le résumé si vous ne voulez pas être spoilé !

    Et si la vie était pire hors du labyrinthe ? Thomas en était sûr, la sortie du Labyrinthe marquerait la fin de l’Épreuve. Mais à l'extérieur il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d'ordre.... et des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière errent dans les villes en ruines. Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au coeur de cette Terre Brûlée, parviendra-t-il enfin à trouver la paix... et un peu d'amour ?

     

     

    Ce que j'en ai pensé                    « L'épreuve [02] » de James Dashner

    Je trouve que la saga de James Dashner a un coté très addictif puisque, une fois « Le labyrinthe » terminé, je n'avais plus qu'une idée en tête : connaître la suite des aventures de Thomas.

    Je n'ai pas été déçue du voyage...

    L'univers est toujours aussi riche, prenant, fantastique. L'auteur n'hésite pas à malmener ses personnages, à leur faire subir milles et une épreuves plus rudes les unes que les autres, à se demander quelle est la limite de son imagination parfois lugubre. De plus, j'ai trouvé qu'il était facile de se plonger dans l'histoire, d'imaginer le scénario mis en place et de se faire une image mentale de cette fameuse « Terre Brûlée ».

    Je tenais toutefois à souligner que ce second tome est peut-être un peu plus sombre et l’atmosphère, légèrement plus oppressante, ce qui ne m'a pas particulièrement dérangée (bien au contraire). L'histoire n'en devient que plus attrayante, selon moi.

    J'ai également eu l'impression que l'intrigue montait crescendo, qu'il y avait une espèce de surenchère à chaque (més)aventure, dans le bon sens du terme. Quant aux péripéties, elles en valaient largement le détour ! James Dashner ne nous laisse pas une seule seconde de répit et, même lorsque j'ai eu l'impression que le roman s’essoufflait légèrement ou que l'intrigue traînait un peu en longueur, j'étais rapidement frappée par un retournement de situation sorti de nulle part. Je ne vois d'ailleurs pas ce que je pourrais dire de négatif.

    Ce roman m'a plu, peut-être même plus que le premier tome. 

    En revanche, le film ne m'a pas du tout convaincue ! J'ai trouvé que le réalisateur prenait un peu trop de libertés et oubliait trop souvent à mon goût des éléments essentiels à la constitution de l'intrigue, au détriment de l'imagination fantastique de l'auteur. De fait, le film s'apparente de plus en plus, selon moi, à une histoire de pseudo-zombie et de corruption, bourrée de clichés (vous connaissez le coup du : « Le destin du monde est entre tes mains, Thomas » ?), qu'à une véritable histoire de science-fiction.

    D'ailleurs, je me suis demandée durant tout le film où étaient : l'autre groupe et les facultés de Thomas, de Teresa, etc. Parce que, entre nous, tout repose sur cette connexion entre les personnages, c'est ça qui fait tout le suspens du bouquin, c'est ça qui a déclenché mes frissons durant l'écrit ! Enfin, vous l'aurez compris, le film s'écarte de plus en plus de son inspiration initiale, ce que je trouve assez dommage. Peut-être est-ce moi qui suis mauvais public, mais une vraie adaptation, plus fidèle, m'aurait davantage conquise. Nous verrons bien ce que le réalisateur nous réserve dans le troisième opus, bien que je n'en attende plus grand chose à ce stade de déception (surtout après l'adaptation foireuse de « Divergente »)

     

    Les différents tomes de la saga

     « L'épreuve [02] » de James Dashner 

     

    Bande-annonce du film          Ne regardez pas la BA si vous ne voulez pas être spoilé


    votre commentaire
  • Uglies de Scott Westerfeld                                        448 pages | Pocket Jeunesse | 9 €

    « Uglies [01] » de Scott Westerfeld


    Dans le monde de l’extrême beauté,
    les gens normaux sont en danger.

    Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’Opération et à intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally découvre le monde des rebelles. Là-bas, elle apprend que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation.
    Que va-t-elle choisir ? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection ?



    Ce que j'en ai pensé                    

    Avant toute chose, sachez que je suis une fane inconditionnelle de Scott Westerfeld. J'adore son style. Sa plume. Ses idées. Ses personnages. Absolument tout !

    Mon avis ne sera donc peut-être pas le plus impartial qui soit. 

    « Uglies », c'est un livre que j'avais découvert il y a plus d'une dizaine d'année maintenant, et pourtant, je me souviens encore de l'effet qu'il m'avait fait, du coup de coeur que j'avais ressenti envers cette saga et son « papa » créateur. Je me suis donc demandée si, après tant d'années, l'auteur me ferait autant d'effets qu'autrefois. Et ça n'a pas manqué !

    En toute sincérité, je ne me souvenais que de quelques bribes de ce premier tome. La trame principale, quelques menus détails, mais ça s'arrête là. Cette relecture m'a donc permis d'avoir une vision nouvelle de la saga.

    Casse-cou et imaginative, Tally n'en est pas moins une Uglie (une ado « moche ») souhaitant impatiemment passer sous le scalpel dès son seizième anniversaire pour rejoindre Peris, son meilleur ami, à New Pretty Town (ville des gens beaux et insouciants). Enfin ça, c'est jusqu'à ce qu'elle rencontre Shay, une autre Uglie, qui n'a qu'une idée en tête : rejoindre la Fumée. Manipulée, tiraillée, Tally va devoir fait un choix et non des moindres, suivre Shay et rester laide toute sa vie, ou bien bénéficier de l'Opération et rejoindre Peris... 

    J'ai apprécié ce premier tome.

    J'ai adoré l'univers de l'auteur.

    j'ai aimé l'intrigue et les personnages.

    Que d'aventures... Que de choix. Que de dilemmes ! Scott Westerfeld nous dépeint une héroïne forte, mais influençable. Une société que l'on imaginerait idyllique, mais qui manipule sans vergogne. L'histoire n'est pas juste teintée de blanc ou de noir, elle est nuancée. Tally est tenaillée par des choix moraux. Elle se questionne, pèse le pour et le contre. Et même si, parfois, je l'ai trouvée insupportable, son raisonnement m'a toujours paru logique ou allant de soi.

    J'ai trouvé facile de m'identifier à elle, de me demander ce que j'aurai pu faire à sa place. Je trouve - qui plus est - que la société imaginée par l'auteur est plutôt crédible, en ce sens où l'on imagine sans peine ce que cela pourrait donner dans la réalité. Quand aux personnages secondaires, je n'ai rien a ajouter. Ni trop. Ni trop peu. Le juste milieu pour accaparer le lecteur et lui donner envie de continuer sa lecture. 

    Franchement, je n'ai pas été déçue du voyage. Je ne saurais d'ailleurs pas vous exposer les défauts de ce livre puisque je n'en ai trouvé aucuns. j'ai dévoré ce premier tome en quelques heures à peine et je ne regrette absolument pas d'avoir acheté l’entièreté de la saga en une seule fois ! Je trouve la plume de Scott Westerfeld tellement addictive que je ne peux qu'y succomber une nouvelle fois au travers de « Pretties »...

     

    Les différents tomes de la saga 

    « Uglies [01] » de Scott Westerfeld « Uglies [01] » de Scott Westerfeld « Uglies [01] » de Scott Westerfeld « Uglies [01] » de Scott Westerfeld « Uglies [01] » de Scott Westerfeld


    votre commentaire
  • Noah de Jesse Christen                         512 pages | Milady (Emma) | 9,99 €

     

    Diagnostiqué asocial à treize ans, Noah s'efforce de se faire discret dans sa nouvelle école, après son renvoi mouvementé de la précédente. Sa dernière année de lycée, il la passe majoritairement à fuir les autres élèves, à se prendre la tête avec sa mère Dahlia, et à faire du skate. Les jours se suivent et se ressemblent tous, jusqu’à l’arrivée dans son paysage du nouveau prof de littérature, Ethan, qui paraît capable de voir au-delà de sa réputation difficile. Bientôt, Noah sent vaciller les barrières qu’il a érigées entre le monde et lui, mais est-ce une bonne idée pour l’élève comme pour le professeur de se laisser prendre à ce jeu risqué… ?




    Ce que j'en ai pensé                    

    « Noah », c’est l’histoire d’un adolescent « asocial », au passé un peu trouble et au présent pas toujours évident, qui donne l'étrange impression de subir sa vie, ce qui est tout à fait compréhensible lorsque l'on sait qu'il est incompris de tous, même de sa propre mère. Enfin... Jusqu'au jour où Ethan et son amour de la littérature débarquent dans sa vie.

    Ce synopsis relativement fleur-bleu laisse place à un contenu qui met un certain temps à démarrer et à se mettre en place. Il faut donc être assez patient pour comprendre où l'auteure veut nous amener. Et j’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l'intrigue au début, même si le choix de l'auteure m'a paru tout à fait justifié. Comme une manière de permettre au lecteur de se familiariser avec le décor, de savoir où il met les pieds et d'appréhender le fonctionnement de Noah, qui n'est pas toujours simple. 

    Une fois la plume de Jesse Christen apprivoisée, je dois reconnaître que j'ai passé un bon moment en compagnie de ses personnages, à la fois complexes et étrangement familiers. L'auteure à un style agréable, une bonne façon de dépeindre son univers et de décrire les pensées parfois brutes de Noah. En d'autres termes : j'ai adoré.

    Même si... Quelque petites choses m'ont titillée : le complexe du sauveur d'Ethan, l'âge de Noah, la relation plutôt malaisante par moments entre ces deux derniers, etc. Il faut dire que Jesse Christien est assez floue en ce qui concerne le professeur. Quel est son passé ? Ses sentiments ? Ses intentions ? Si je n’avais qu’un seul regret à formuler, ça serait d'ailleurs celui-ci : ne pas avoir eu plus d’éléments sur Ethan puisque, au final, on ne sait que très peu de choses sur cet homme. Un petit tome supplémentaire lui étant dédié aurait été accueilli avec enthousiasme pour ma part, juste histoire de le connaître davantage et de comprendre les rouages de son esprit, autrement qu'au travers des révélations de sa soeur.

    Concernant mes autres critiques, si vous parvenez à faire abstraction de ces menu-détails (l'âge et la relation prof/élève, par exemple), alors vous passerez probablement un agréablement moment. Le roman se laisse lire facilement, l'écriture est belle et l'histoire, un peu brute, dans le bon sens du terme. 

    En résumé : je dirais que « Noah » est une histoire sans prétention que j’ai bien aimée, même si la fin m’a un peu déçue (entre nous, je ne suis pas certaine de l'avoir comprise). Je n’aurais pas été contre quelques lignes supplémentaires ou la présence d’un petit épilogue pour conclure cette lecture en beauté et passer outre mon sentiment de frustration d'être restée sur ma faim. 

     

    D'autres livres écrits par l'auteur 

      


    votre commentaire
  • Need de Joëlle Charbonneau                                          316 pages | Milan | 16,70 €




    Les adolescents du lycée de Nottawa se réunissent tous sur NEED, un nouveau réseau social promettant de répondre à tous leurs besoins sous couvert d'un total anonymat... quels que soient ces besoins et leurs conséquences, et à condition d'inviter six amis à le rejoindre. Kaylee demande un rein pour sauver la vie de son frère, mais le site réclame de dangereuses contreparties...



     

    Ce que j'en ai pensé                    

    Je connaissais déjà la plume de l'auteure pour avoir lu sa trilogie « l'Elite », que j'avais beaucoup appréciée. C'est au détour du site de ma partenaire « Charabistouilles » que j'ai pu être au courant de cette nouvelle parution qui ne m'a pas laissée indifférente. Ma maman étant au courant de mon attrait pour la plume de Joëlle Charbonneau, a eu la merveilleuse idée de m'offrir « Need » pour mon anniversaire. Je l'ai dévoré en quelques heures (entendons nous bien : le livre, pas ma maman)

    J'ai bien aimé le coté psychologique et cette impression que l'auteure me poussait à réfléchir constamment, à me faire douter de tout et de tout le monde, ce qui - à mon sens - en fait une lecture plutôt riche. Je trouve qu'il est assez rare de trouver des romans aussi bons, axés sur le doute et la remise en question constante de nos suppositions. Il est encore plus rare qu'un livre me fasse trépigner jusqu'à la dernière page, comme celui-ci !

    Bon, par contre, j'avoue que certains détails n'étaient pas très crédibles et certaines informations étaient d'ailleurs tellement grosses que j'ai eu un peu de mal à y croire, mais ça ne m'a pas dérangée outre mesure.

    Concernant le coté "négatif", j'ai trouvé qu'il était un peu dure de s'y retrouver au début. Il y a beaucoup de personnages et je me suis parfois sentie envahie par toutes ces personnes qui se succédaient et/ou qui disparaissaient. Au final, je pense que ce choix scénaristique n'était quand même pas mauvais en soi puisqu'il m'a semblé, après accoutumance, tout à fait pertinent. Et puis, je trouve qu'on s'y fait assez rapidement une fois plongé dans l'histoire. 

    Pour moi, cette lecture est un coup de coeur. La preuve : je n'ai soulevé que du positif. L'auteure a trouvé un bon concept et a su le mettre en mots de manière fluide, propre et cohérente. Pour moi, il s'agit d'un sans faute. Et les retournements de situation (et accessoirement de cerveau) qui parsèment le bouquin en valent largement le coup d'oeil !

     

    D'autres livres écrits par l'auteur 

      


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires