• « Ma vie selon moi : le jour où tout a commencé » de Sylvaine Jaoui.

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 344   |   Editeur : Rageot

    Je tiens à remercier tout particulièrement le site Babelio pour m'avoir permis de lire ce livre grâce à l'opération Masse Critique.

    Challenge A&M

    Mon avis :

    Au début, quand j'ai postulé pour ce livre, c'était plus par dépit que par réelle envie. Celui que j'avais repéré n'était plus disponible et, ayant la vague envie de découvrir un bouquin écrit sous la forme d'un "journal intime", je me suis proposée pour celui-ci. Quelle ne fut donc pas ma surprise de voir quelques jours plus tard que j'avais été sélectionnée ! Une semaine s'est à peine écoulée qu'il était déjà là. Quand je l'ai vu, je me suis dis : Pourquoi pas ?! La pochette est vraiment très jolie, colorée, illustrée de manière à situer quelques personnages avant même d'en lire la description et c'est un fait à ne pas négliger. Ca plonge dans l'ambiance avant même d'ouvrir le livre et c'est plutôt agréable.

    Concernant le contenu, et bien, je n'ai rien à dire de particulièrement négatif. Le style de l'auteur est plutôt simple, agréable et il y a certaines remarques qui laissent à réfléchir. Les personnages ont, pour la plupart, une personnalité définie et construite. Leurs interventions sont réfléchies. Justine est une adolescente attachante par bien des aspects. Son coté protecteur envers son petit frère, qui l'agace quelque fois. Son rôle en temps qu'amie de la sorcière. Sa jalousie envers Jim. Son coté enfantin quand il s'agit du nouveau voisin. J'ai quelque fois pensé qu'elle avait également un coté immature avant de m'imaginer dans la même situation et de me dire que, moi même, je réagirais de cette façon. C'est ce qui fait que ce bouquin m'a tout de suite captivée.

    J'ai pu m'identifier très facilement à elle, me voir dans ses nombreuses aventures, m'imaginer à sa place et me dire que, tout compte fait, ses décisions auraient pu être les miennes. J'aurais moi même détesté la peste, cherché à amadouer le nouveau, voulu sauver Patou et pleurer après l'épisode du petit frère intello. L'auteur à su manier les évènements de telle façon que quiconque lit ce bouquin arrive à s'identifier à au moins un des personnages et ce n'est pas le choix qui manque ! La peste, la sorcière, le petit frère, la grand mère, le sportif, le cousin, les parents, etc. Il y a de tout pour plaire à tous. Que quiconque ne trouve pas son bonheur en lisant ce bouquin me laisse le premier commentaire ! :)

    Challenge A&M

    Challenge A&M


    13 commentaires
  • « Monster High : tome 1 » de Lisi Harrison.

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 317   |   Editeur : Castelmore

    Challenge A&MMon avis :

    Ma première impression concernant Monster High n'est pas ce que l'on pourrait qualifier d'idéale et pourtant, je lui ai quand même accordé une note relativement haute. Pourquoi ? Parce que j'ai trouvé que l'histoire avait un certain potentiel. Ce n'est pas tout les jours que l'on croise un bouquin où il est question de petits monstres, descendants des plus grandes légendes terrifiantes qui constituent nos petites vies de normies - personne humaine - et qui réussit à nous faire rire sur bon nombre de pages. Monster High, c’est avant tout l’histoire de deux adolescentes. D’un coté, nous avons Mélodie ; une humaine simple, qui ne se prend pas la tête et que j’ai trouvé particulièrement attachante. Ses parents sont ce que l’on pourrait qualifier de gens beaux, à qui tout réussit. Son père est un brillant chirurgien – il l’aura d’ailleurs prouvé en opérant sa propre fille – et sa mère, un célèbre mannequin qui s’est reconvertit en décoratrice. De ses deux parents, c’est Candace – sa sœur – qui a hérité des plus beaux atouts, ne lui laissant qu’une voix mélodieuse qu’elle à égarée avec son asthme. Mélodie ne se considère pas comme une fille belle, elle semble même mépriser quelque peu ces personnes qui se croient supérieures parce qu’elles ont un plus beau physique et regrette parfois même son ancien nez que son père à opérer. De l’autre coté, nous avons Frankie. Une enfant gâtée et capricieuse à la peau couleur menthe à l’eau. Dans l’ensemble, c’est elle la plus capricieuse. Elle vit sa vie, achète de manière compulsive bon nombre de choses superflues sur internet, dont pas mal de vêtements de créateurs juste parce que « c’est la tendance ». Elle passe ses journées à lire des magasines de modes pour être à la page ; etc. Jusqu’au jour où ses parents lui annonce qu’elle va devoir fréquenter une école de normie. A premier égard, cette nouvelle serait trop voltage, mais en réalité, ce n’est que le début des aventures de miss catastrophe.

    Bon, je dois dire que ce n'est pas le roman de l'année et qu’il ne rentrera très certainement pas dans les classiques du genre, je dois cependant avouer que j'ai passé un agréablement moment une fois la vague "mode" amorcée. Car oui, si il y a un gros point noir dans cette lecture, c'est bien celui-ci : l'auteur ne cesse de parler mode. La vie de nos deux héroïnes : Mélodie et Frankie; ne tourne qu'autour des accessoires tendances, des sacs de marques et des vêtements griffés par les plus grands créatures tels que ces très célèbres YSL et Gucci. Personnellement, j'ai trouvé ces petites précisions assez dérangeantes. Une fois, je ne dis pas, mais le livre était littéralement parsemé de références de créateurs et de marques. J'ai eu vite fait de penser que je lisais, non pas un bouquin, mais bien un catalogue de mode.

    Cette note un peu sombre mise de coté, je dois avouer une seconde petite chose : le livre est on ne peut plus prévisible. Pas besoin d'être extralucide pour comprendre le déroulement de l'histoire dès les premières pages entamées. Les situations sont relativement simples et explicites pour savoir qui est quoi, pourquoi et comment cela va se terminer. Je suis peut être un peu dure, mais c'est le ressentis que j'en ai eu. Je n'ai pratiquement eu aucunes surprises lors de cette lecture et pourtant, comme je l'ai précisé plus haut, je lui accorde une note pratiquement excellente. Entre autre : pour les moments de détente que ce livre m'a inspiré. Ca fait du bien de lire en se disant qu'il n'y a pas de but très « sérieux » à la lecture. Je ne sais pas comment l'expliquer. C’est une petite découverte simpliste, captivante malgré les quelques inconvénients rencontrés et le style est passablement acceptable; peut-être un peu trop tourné jeunesse malgré tout, mais je pense que c'est cela qui permet de se détendre si intensément. En conclusion : ce fut une découverte intéressante que je conseillerais plutôt aux jeunes adolescentes pour l'écriture très centrée jeunesse. Après coup, je pense que c'est surtout une histoire de goût et de couleurs... ;)

    « Salut, beau gosse! cria Candace par la fenêtre, avant de se cacher derrière le rebord. (Le garçon se retourna et regarda dans leur direction en s'abritant les yeux du soleil. Candace releva la tête pour jeter un coup d'œil par-dessus le rebord.) Non. J'en veux pas, marmonna-t-elle. Trop jeune. Bigleux. Blanc comme un cachet d'aspirine. Tu peux l'avoir. »

    Challenge A&M

    Challenge A&M


    3 commentaires
  • / ! \ Ne lisez pas le résumé si vous ne voulez pas être spoilé / ! \

    « Monster High : tome 2 » de Lisi Harrison.

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 322   |   Editeur : Castelmore

    Challenge A&M

    Mon avis :

    Le bouquin est fermé, ça y est. Le second tome est achevé et me laisse un léger goût amer sur le bout des lèvres. Je sais que je vais devoir attendre le troisième tome avant de pouvoir me replonger dans les aventures de nos petits monstres et ça me fait peur car dans ce tome, tout comme dans le premier, l'éventail des personnages fut horriblement large. On passe d'une personne à une autre, on cherche à suivre l'histoire, on tente de comprendre ce qu'il se passe chez chacun de nos protagonistes et de décortiquer leurs différentes émotions. Et ça, ce n’est vraiment pas évident ! Les personnages sont tellement nombreux que les données se mélanges quelques fois. On voyage de Cléo à Frankie, puis de Mélodie à Candace en passant par une plus grande palette de personnages secondaires qui, peu à peu, auraient la fâcheuse tendance de nous perdre dans les méandres de l'intrigue. Heureusement, l'histoire est là pour rattraper le coup et le début nous aide pas mal à restituer le commencement sans quoi on aurait besoin de revenir sans arrêt en arrière pour savoir où l'auteur cherche à nous emmener...

    Dans ce second tome, on retrouve nos deux héroïnes de départ : Frankie et Mélodie qui ont beaucoup évoluées en quelques pages, à peine quelques heures - jours dans le livre - et j'ai trouvé cela plutôt agréable. Elles m'ont semblées plus mûres, plus adultes. Leurs rôles au sein de l'intrigue m’ont davantage touchée. Aussi, un nouveau personnage - déjà présent dans le premier tome - s'est joint à la partie : Cléo, la reine égyptienne. Une adolescente capricieuse, irritante, bornée qui ne jure que par la mode - encore et qui m'a très rapidement irritée. Une vraie tête de mule ! Ses caprices sont constants, ses décisions irrationnelles, sa haine tellement risible. Un rien ne l'agace, un rien ne l'enrage et ses grands airs de manipulatrice m'ont tout particulièrement agacée. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais j'ai eu une véritable aversion pour cette fille.

    D'un autre coté, les garçons - assez peu présents dans le tome un - se sont quelque peu dévoilés ici. Fini les personnages inexistants, creux ou transparents. L'auteur nous à ici imposé des hommes à la fois drôles et tendres. Brett, l'imbécile au grand coeur; Billy, l'amoureux invisible; Thomas, le dragon cracheur de flammes... Enfin bref, une belle petite ribambelle de garçons qui m'ont toutefois semblés effacés parmi les filles, la mode et le reste. Une histoire à creuser encore un peu plus, mais qui à prit un merveilleux départ. Elle à su se démarquer de son coté "enfantin" et girly sans empiéter sur l'idée de base.

    « _ Merci beaucoup, Billy, dit-elle, s'adressant à l'obscurité. Je t'aurais bien serré dans mes bras, mais... 
    _ Ouais, je suis à poil et tout, acheva-t-il. C'est pas le bon plan. »

    Challenge A&M

    Challenge A&M


    1 commentaire
  • « Peggy Sue et les fantômes : tome 1 » de Serge Brussolo.

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 289   |   Edition : Plon

    Challenge A&M

    Il y a quelques jours, en rangeant ma bibliothèque (oui, ça m'arrive de temps en temps), je suis retombée sur cette saga que je considérais, de mon jeune temps, comme le petit bijou de ma collection livresque : Peggy Sue et les fantômes... Ces titres me laissaient souvent rêveuse, bien que je ne les ai jamais lus dans l'ordre, ni dans leur totalité d'ailleurs ! C'est donc tout naturellement que je me suis demandée ce qui m'avait attirée dans ces lectures et quel serait mon avis, aujourd'hui que j'ai quelques années de plus. Et arriva ce qui devait arriver : je me suis mise à lire.

    Il est parfois difficile de reprendre un livre que nous avions déjà apprécié par le passé (peur d'être déçu, de ne pas comprendre ce que nous avions adoré, etc.) et pourtant, je n'ai eu aucun mal à me laisser (re)conquérir par l'univers que nous dépeint Serge Brussolo. C'est un décor simpliste, un concept pas trop compliqué, avec un vocabulaire pas trop poussé, ce qui permet une lecture rapide et détendue. J'ai beaucoup aimé pouvoir reposer mon esprit par le biais de son roman. J'ai particulière apprécié l'histoire qui découlait de son imagination. Peggy Sue est une jeune demoiselle incomprise, jugée comme sotte, voir bonne à enfermée. Personne ne la croit, ne cherche même pas à la comprendre. Elle reste seule face à sa famille, mais surtout en prise à ces créatures inhumaines et pourtant tellement bien imagées que sont les « fantômes ». Leurs farces sont affreuses, bien qu'on puisse facilement s'imaginer les scènes. La mise en place de l'intrigue est douce, progressive, vire au complexe et à l'horrible sans pour autant nous faire grimper sur une chaise en hurlant. L'apparition des détails m'a donné envie de lire avec davantage d'avidité. J'ai été happée par cette folie monstrueuse qui s'insinue dans l'esprit des habitants de cette petite ville où la famille de Peggy Sue à élu domicile.  

    J'ai dévoré ce livre en quelques jours. J'ai savouré chaque pages à n'en plus pouvoir. Tout m'a plu, tout m'a fascinée sans que je ne puisse trouver le moindre défaut. Pourtant, je ne lui accorde qu'une petite note. Pourquoi ? Et bien parce que je suis pas proche d'un coup de coeur pour autant. Il ne manquait qu'une infime petite chose, sans que je ne puisse dire de quoi il s'agit. L'étincelle, probablement. Et bien que certains semblent avoir été déçus, je reste fidèle à moi même et le placerais de nouveau sur l'étagère la plus précieuse de ma bibliothèque personnelle... Car il le vaut bien ! 

    Challenge A&M

    Challenge A&M 


    2 commentaires
  • « Peggy Sue et les fantômes : tome 2 » de Serge Brussolo

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 296   |   Edition : Plon

    Challenge A&M

    Il y a peu, vous pouviez découvrir mon avis sur le premier tome qui m'avait particulièrement emballée. C'est donc tout naturellement que j'ai continué sur ma lancée en (re)découvrant le second tome de cette saga de renom.

    Tout comme pour le premier tome, je dois dire que Serge Brussolo ne lésine par sur les décors farfelus, incroyables, merveilleux et extraordinaires, mais aussi extrêmement dérangeants quelque part. Certaines situations anecdotiques (je suis une tomate) m'ont parfois surprise et laissée quelque peu perplexe, voir frissonnante (mais pas autant que l'aurait fait un bon livre policier ou un thriller). L'ambiance est une fois de plus très sombre, âcre. L'univers imaginé par l'auteur est à la fois accessible aux plus jeunes, tout en fascinant les plus grands adeptes du genre littéraire. Je me suis beaucoup amusée (mais pas toujours non plus) en lisant les aventures de Peggy Sue, héroïne qui nous semble ici encore bien solitaire au sein de sa petite famille. Toujours incomprise, innocente, elle semble cependant connaître un certain répit vis à vis des « invisibles », ces créatures horribles, à l'humour étrangement noir.

    L'univers bleuté à ici laissé place au désert et à son étendue de sable, mais aussi à de nombreux mirages énivrants, envoutants. Leurs scènes sont si attractives qu'il n'est pas rare de les croire vivants, réels... Peut-être un peu trop d'ailleurs. Vous l'aurez rapidement compris, c'est durant ces passages énigmatiques que toute l'imagination de l'auteur, proprice au fantastique, va se dévoiler (et bonjour la complexité). Les univers étranges et improbables de Serge Brussolo prennent alors consistence et tout leur sens. Certains mirages me donnaient même parfois envie d'y plonger toute entière, tant ils étaient attractifs. Du moins, jusqu'à un certain point...

    L'avantage de cette lecture, c'est (je le redis) que les plus grands s'adapteront très facilement à cet aspect fantastique et terrifiant que l'auteur à su mettre en place. Certains passages m'ont, certes, donnés la chaire de poule, mais pas suffisamment pour me faire reposer le livre et retourner vaquer à mes occupations pour autant. Ce livre, c'est une petite pépite qui nous envoûte au plus haut point. Je ne sais comment l'expliquer, mais son intrigue est telle qu'elle révulse tout en ce que nous en redemandions encore. Encore plus de fantastique, toujours plus d'imagination, toujours plus de fantaisie et d'horreur contenue... Je ne sais comment Serge Brussolo s'y prend, mais pour ma part, je suis entièrement conquise.

    Challenge A&M

    Challenge A&M


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique