• « Sept jours pour une éternité... » de Marc Levy.

    Accueil

    Nombre de pages : 310 | Editeur : Pocket

    Accueil

    Accueil

    Ayant découvert Marc Levy avec « Le voleur d'ombres » et ayant fortement apprécié celui-ci, je me suis demandée ce que pourrait donner cet auteur dans l'une ou l'autre de ses créations. C'est donc PLEIN de curiosité que je me suis lancée dans la lecture de « sept jours pour une éternité... », et je ne vais pas y aller par quatre chemins : je l'ai trouvé beaucoup moins prenant que le précédent. Certes, je l'ai lu en à peine plus de deux jours, mais j'ai trouvé l'écriture beaucoup plus difficile à assimiler, non dans le sens lourd, mais plutôt incompréhensible. Certains passages m'ont vraiment portés défaut, je ne comprenais pas toujours son écriture quelque peu complexe et plusieurs mots m'ont été tout particulièrement pénibles à déchiffrer par moment. C'est un style d'écriture plus dure, plus adulte que dans « le voleur d'ombres ».

    L'histoire était pourtant bien partie. Une histoire de religion, de croyance et de défi. Dieu et Lucifer qui s'affrontent dans un ultime combat qui viserait à les départager. Les humains sont-ils bons ou mauvais ? Qui triomphera, le bien ou le mal ? Les statistiques montrent que c'est Lucifer qui est en tête des listes, mais qu'en est-il dans la réalité ? Les hommes sont-ils réellement mauvais ?

    « Tu pars avec un certain handicap, ma Zofia. Voyons les choses en face, le mal est devenu universel et presque aussi invisible que nous. Tu joues en défense, ton adversaire en attaque. Il te faudra d'abord identifier les forces qu'il liguera contre toi. Trouve le lieu où il tentera d'opérer. Laisse-le peut-être agir en premier et combats ses projets du mieux que tu le pourras. Ce n'est que lorsque tu l'auras neutralisé que tu auras une chance de mettre en oeuvre un grand dessein. »

    Nos deux protagonistes vont envoyer leur meilleur agent pour se départager. Ils auront sept jours pour y arriver. D'un coté, Zofia. Une fille douce et charmante, respectueuse des lois et du bien être d'autri. De l'autre, Lucas. Un garçon à la fois ténébreux et effrayant qui a pour passe temps le fait d'émerger des voitures luxueuses dans l'eau du port. Les bonnes actions d'un coté, les mauvaises de l'autre. Monsieur et Président avaient tout prévu. Un délais. Un règlement. Deux agents. Tout, sauf ça. La rencontre. Leur rencontre.

    Je dois avouer qu'à partir de là, l'histoire n'a plus grand chose de magique. L'intrigue est bien trop évidente que pour l'être. On se doute parfaitement de la situation, de la tournure que prendront les évènements. On parle ici d'un ange, d'un démon et d'une rencontre. Banale. Effroyablement banale. Dieu et Lucifer ne font presque pas leur apparition et, lorsqu’ils transparaissent enfin dans l'histoire, ce n'est pas vraiment sous leur meilleur jour. Je ne sais pas comment expliquer ce que j'ai ressentis. De la lassitude peut-être. De la déception de voir que ce bouquin n'exploitait pas d'avantage le coté sombre/lumineux des deux personnages. J'ai également regretté le fait qu'il ne soit pas d'avantage tourné sur le coté surnaturel. Je m'attendais à autre chose. Une histoire plus époustouflante. Plus blufflante. Une intrigue captivante, pleine de magie et de révélations. Tout, sauf ça ! Quant à la fin, je préfère ne pas me prononcer pour la simple et bonne raison que cette fin est on ne peut plus ouverte. C'est au lecteur d'imaginer la suite et j’ai l'impression de m'être fait piégée, moi qui ai une sainte horreur de ce genre de final… Certes, je ne vous le déconseille pas parce que, malgré tout, cette histoire à un réel potentiel. Malheureusement, je n'ai pas été conquise.

    « L'amour c'est une parcelle d'espoir, le renouvellement perpétuel du monde, le chemin de la terre promise. J'ai créé la différence pour que l'humanité cultive l'intelligence : un monde homogène aurait été triste à mourir ! Et puis la mort n'est qu'un moment de la vie pour celui ou celle qui a su aimer et être aimé. Belle idée n'est-ce pas ? que celui qui trouve son autre moitié devienne plus abouti que l'humanité toute entière. Ce n'est pas l'homme qui est unique en soi - si je l'avais voulu ainsi, je n'en aurais créé qu'un; c'est lorsqu'il commence à aimer qu'il le devient. La création humaine est peut-être imparfaite, mais rien n'est plus parfait dans l'univers que deux êtres qui s'aiment.»

    Accueil


  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Octobre 2011 à 19:18

    J'ai vu que tu avais mis 4/5 pour ce livre et je me suis dit : chouette elle a aimé. Mais on dirait que non :P J'ai trouvé comme toi que ce n'était pas assez fouillé comme histoire alors qu'elle avait un bon potentiel. Ce n'est pas mon préféré de lévy, même si c'était une lecture sympa.

    2
    Jeudi 20 Octobre 2011 à 19:25

    Bizarre, j'avais mis trois ! Je changerais ça tout à l'heure. :)

    3
    Samedi 29 Octobre 2011 à 07:13

    Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette lecture, et je trouve dommage que tu n'ais pas vraiment apprécié .

    4
    Samedi 29 Octobre 2011 à 11:32

    Ce n'est pas que je n'ai pas apprécié, plutôt que j'ai eu un certain manque en lisant ce bouquin. Comme si quelque chose ne convenait pas, qu'il manquait quelque chose d'important pour le rendre parfait. Je ne sais pas comment expliquer ça avec des mots... :S

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :