• « L'épreuve [01] » de James Dashner

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    C’est après avoir été au cinéma (voir « Lucy » de Luc Besson, pour les curieux) et vu la bande-annonce de « Labyrinthe » de Wes Ball que je me suis enfin décidée à attaquer ce roman. Je me souviens qu’il avait fait beaucoup parlé de lui, il y a plusieurs mois déjà (oserai-je même dire quelques années), mais je n’avais pas été attirée plus que ça par le synopsis. Quel dommage, d’ailleurs ! Si j’avais su que le livre était si prometteur, croyez-moi bien que je l’aurai dévoré dès sa première publication…

    C’est donc après avoir visionné la bande-annonce que je me suis dis que j’allais tenter l’aventure (toujours dans l’optique de lire le livre avant d’aller voir le film au cinéma – vous me suivez ?). Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir l’univers mis en place par l’auteur… On amorce l’histoire par les questionnements d’un garçon dont les souvenirs semblent s’être volatilisés. Tout ce qui lui reste en mémoire, c’est son prénom. Le reste lui est tout à fait étranger, à commencé par son arrivée au sein des Blocards - des jeunes qui, comme lui, ont été envoyé au cœur même d’un labyrinthe « mouvant » sans plus aucuns souvenirs de leur vie d’avant. Comment ont-ils perdu la mémoire ? Que font-ils dans un labyrinthe ? Pourquoi les avoir envoyés là ? Et surtout : qui ?

    Les questions que l’on se pose sont nombreuses et ne trouvent réponse qu’au fil du roman, détail après détail. Ce que j’ai le plus aimé dans cette histoire, ce sont justement ces questions qui ne sont assouvies que par bribes. Il nous manque toujours ce petit quelque chose, une information qui pourrait enfin faire sens à toutes ces données contradictoires, mais suffisamment abondantes que pour nous donner l’envie d’aller plus loin et de découvrir la suite de cette aventure incroyable. Quant à la fin... Le point d'interrogation qu'elle suscite à l'esprit ne peut que nous donner l'envie d'ouvrir le second tome pour obtenir d'avantage de réponses...

    Le second point positif, c’est l’univers en lui-même. L’auteur a mis beaucoup de cœur à décrire l’environnement dans lequel ses personnages évoluent, allant même jusqu’à inventer des termes propres à sa création. Ainsi, nous découvrons au fil des pages des Mejdacs, du plonk, des scaralames et les Blocards, souvent surnommés « tocard » entre eux, pour je ne sais trop quelle raison. Tout est mis en œuvre pour faire de ce roman un « livre à part » emprunt d’une vie et d’une atmosphère qui lui est propre.

    Vous l’aurez compris, ce livre est pour moi une petite pépite littéraire où, bien que le langage soit parfois un peu trop « jeunesse » (ce qui est tout à fait normal, puisque c’est le public visé) et le déroulement assez lent, j’ai pu passer un très agréablement moment en suivant notre héro : Thomas. Ainsi, il ne me reste plus qu'à vous encourage à le lire, vous qui comme moi êtes passé à coté de cette lecture aussi longtemps. Et ayant déjà lu les suivants, je peux déjà vous dire que vous ne serez normalement pas déçu du voyage...

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

     

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh


    1 commentaire
  • « Player one » de Ernest Cline

    « Un jeu interdit [01] » de

    Si mes souvenirs sont bons, j'avais découvert l'existence de ce bouquin il y a quelques mois déjà, sur un blog littéraire dont je ne sais malheureusement plus le nom. Je me souviens cependant d'y avoir lu qu'il y avait une légère similitude entre cette histoire et celle déjà fortement connue qu'est « Charlie et la chocolaterie », à la différence près que le thème abordait ici les jeux vidéos, et non pas l'univers merveilleux du chocolat. Après vérification, je dois dire que la personne n'avait pas totalement tort...

    Avant tout chose, je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Certes, j'y ai pris du plaisir, mais je pense que seuls les vrais « geeks » des années 80 auront le plaisir de la comprendre et de la savourer dans son intégralité. Et pour cause : « Player one » aborde une thématique un peu ardue, où les allusions sur les séries, groupes de musique et jeux vidéos de l'époque sont récurrents. Les consoles qu'on y abordent sont parfois vieilles comme le monde (la commodore et l'atari, entre autres) et les jeux dont on parle n'ont parfois aucune signification pour le lecteur, mis à part pour les plus connus - oserai-je même dire réputés - comme pacman. J'ajouterais  qu'il est également déroutant de ne voir que du jargon « geek » à tout bout de pages. On parle d'univers virtuel, on reçoit des informations sur Star Wars, Doctor Who, j'en passe et des meilleures, le tout en allant parfois chercher le petit détail qui tue et qui fâche comme pour les explications sur certaines planètes et vaisseaux de l'Oasis. L'esprit est parfois confronté à des données incompréhensibles, des informations que le cerveau n'est pas capable de retransmettre à l'imaginaire et donc, qui entache un peu la lecture et qui bloque la compréhension sur certains points que je jugerais pourtant importants.

    Vous l'aurez ainsi compris : certaines explications nous sont parfois fournies, mais incomplètes ou trop complexes et je trouve dommage de ne pas pouvoir ainsi profiter pleinement de cette lecture. On se pose constamment une ribambelle de question du genre : tiens, c'est quel jeu vidéo ? Qu'est-ce que l'auteur a voulu dire ? Quel est ce groupe de musique ? Quel lien y a-t-il avec telle série  ? Heureusement, mon léger passé de « gameuse » m'a laissé quelques restes qui m'ont beaucoup servis au cours de cette lecture et j'ai ainsi pu amorcer quelques pages avant d'être réellement bloquée par les (trop) nombreuses références du passé du jeu vidéo. J'ai aussi noté deux ou trois petites choses décevantes de plus, notamment au niveau de la romance, mais je préfère ne pas me prononcer. C'est une question de point de vue, et j'aurai peur d'en décourager plus d'un dans cette aventure livresque.

    J'en viens tout doucement vers le positif puisque cette immersion, bien que complexe, permet de comprendre un peu l'univers informatique et de se familiariser à cette thématique parfois incomprise et peu abordée qu'est celle du jeu vidéo, mais aussi celle de la réalité virtuelle. J'ai  beaucoup apprécié la quête de nos héros, leurs aventures parfois rocambolesques et leurs escapades inimaginables. L'auteur m'a semblé partir quelques fois en vrille, mais je dois dire que le reste m'a relativement plu. Le sujet était bien maîtrisé, l'essence même du roman plutôt bien imagé, bien que le tout soit peut-être un peu trop poussé et fouilli pour que j'en fasse une vraie appréciation positive. Si la lecture avait été plus abordable pour mon jeune esprit, je pense que j'aurais pu pousser la note à son maximum. C'est donc une bonne découverte, mais à ne pas mettre entre toutes les mains ! :-)

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh


    1 commentaire
  • « Un jeu interdit [01] » de L. J. Smith

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    Je ne sais plus si j'avais acheté ce livre ou bien si on me l'avait offert (si c'est la seconde option, je suis désolée d'avoir oublié). Quoi qu'il en soit, après avoir lu le premier tome, je n'ai pas pu m'empêcher de me procurer les deux suivants pour connaître la suite. Je vais donc vous donner ici un avis général sur les trois livres puisqu'une version intégrale existe, mais aussi parce que j'estime que la tache sera plus facile.

    Une fois de plus, L. J. Smith est ce qu'elle est, une auteur un peu fantasque qui aime parler de créatures obscures et de conflits/triangle amoureux. Ce livre n'échappe bien évidemment pas à la règle puisque nous avons ici le plaisir de suivre les péripéties de Jenny, adolescente blonde et lumineuse a qui tout réussis (comme la plupart des héroïnes de l'auteur), qui frôle le parfait amour avec son petit ami, mais qui voit sa vie brusquement bouleversée quand elle croise la route de Julian, un démon qui ne rêve que d'une seule chose : pouvoir goûter à sa lumière en partageant sa vie. Et là, vous le voyez venir gros comme une maison : les sentiments, la conquête, les rebondissements, j'en passe et des meilleures. Il ne suffit que de quelques lignes pour savoir où l'on va glisser nos pieds et bien que ce soit un peu décevant de voir les répétitions à n'en plus finir, la facilité de certains personnages à se laisser avoir, les soi-disant épreuves effrayantes à surmonter à chaque jeu, le livre reste également ce qu'il est : prenant.

    Il a beaucoup de choses qui auraient pu me faire arrêter cette lecture : les nombreux rappels d'un livre à l'autre, quand l'auteur prend cinq pages pour expliquer le tome précédent à chaque fois (ce qui ne me semble pas indispensable dans une version intégrale), ou bien les très nombreuses répétitions sur la couleur des yeux d'un tel, les sentiments d'un autre, le doute d'un troisième et l'amertume d'un autre. Quant à Julian... Ce maître des ombres farfelu aurait pu être attachant s'il n'avait pas été aussi horripilant. Et pour cause : ce garçon est proche de la bipolarité tant ses approches et ses sentiments changent d'une page à l'autre. J'ai eu l'impression de suivre un ascenseur émotionnel tout au long de ma lecture, que ce soit avec lui, tant qu'avec les autres personnages. Personnages que j'ai trouvé instables, sans logique. Et le pire de tout : c'est la facilité avec laquelle les choses se déroulent. Je ne vais pas en dire trop, mais je trouve que le roman n'a pas été assez poussé dans sa complexité par rapport aux idées suivies...

    Cependant, je vais arrêter là de dénigrer cette lecture puisque vous l'aurez quand même remarqué : je suis venue a bout des trois tomes. C'est qu'il y a bien quelque chose qui m'a plu et ce n'est autre que les jeux. Julian n'a eu de cesse de défier Jenny, à la pousser à bout pour qu'elle vienne remettre en jeu telle ou telle chose et venir jouer avec lui. Des jeux obscures et cauchemardesques... J'avoue que des trois, mon préféré reste le troisième tome. Je l'ai trouvé plus complet, plus travaillé, un peu plus effrayant aussi compte tenu du décor choisit. Quant au jeu du chat et de la souris qu'il ne cesse de pratiquer avec Jenny, cela reste un vrai délice. D'autant plus qu'on ne cesse de se demander si, oui ou non, elle succombera à ses avances. Mais pour le savoir, il faudra bien entendu le découvrir par vous-même...

    En d'autres termes : malgré de nombreux défauts, ce livre reste tout a fait acceptable. Tout est là, une fois de plus, pour en faire un livre que l'on a envie de suivre. Le fait qu'il soit si simple, si accessible, le rend également très efficace. Les personnages, bien que pas très fut-fut, restent attachants malgré tout (pas tous, mais certains). Quant aux personnages principaux, je pense que ce livre n'aurait pas eu la même saveur s'ils n'avaient pas été ce qu'ils sont. C'est donc une histoire à découvrir, certes, mais sans trop avoir l'esprit critique, au risque de ne pas terminer les trois volumes. :-)

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh


    votre commentaire
  • « Enfants de la paranoïa [01] » de Trevor Shane

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    La couverture criarde, jaune, bordée de noire, le titre écrit en diagonale, la tâche un peu sanglante en bout de phrase et le synopsis énigmatique qui en dit parfois trop... Bon, j'avoue qu'au début, j'étais assez sceptique sur le contenu du bouquin ! Si je n'avais pas eu la chance de tomber dessus à un prix bradé, je pense que je ne me serais même jamais portée vers ce genre de lecture. Mais, par chance, je l'ai trouvé et je peux finalement le dire : j'ai passé un très bon moment en compagnie des lignes écrites par Trevor Shane (entre nous, la maison d'édition aurait quand même pu garder la couverture d'origine dont vous pourrez avoir un aperçu en bas de l'article, à droite de la version française).

    Mais qu'est-ce qui m'a plu dans cette lecture ? Et bien, à peu près tout. L'auteur a su retranscrire un univers assez prenant, où la paranoïa est au comble de l'honneur puisque la méfiance règne tout au long du bouquin. Dès qu'un évènement se profil à l'horizon, le sang à tendance à se figer dans nos veines, en attente de la prochaine action qui pourrait être fatale à notre héro.

    Joseph, c'est un garçon comme il y en a plein, à la différence près qu'il est au coeur d'une guerre qui fait rage depuis des années. Ses réflexions sont parfois tournées de telle façon qu'on a l'impression que l'auteur anticipe nos pensées. Alors mêmes que l'on ne sait que très peu de choses sur cette guerre, sur ses règles et son déroulement, que l'on se pose mille et une questions sur son avancée et sa place dans l'histoire, Joseph se fait les mêmes réflexions. Comment a-t-elle commencée ? Pourquoi ? Comment ? Quel est le but de tout cela ? Pourquoi avoir fait des règles si les protagonistes sont en guerre ? Beaucoup de question qui, au cours de l'histoire ne trouveront pourtant que très peu de réponses. Nous restons dans le flou, au même titre que le héro qui ne cesse de se remettre en question, pour finir par ne plus savoir quoi faire.

    Joseph, c'est un personnage qui n'est pas toujours réfléchis, mais qui nous permets néanmoins de « prendre sa place ». Je n'ai eu aucunes difficultés à me fondre dans sa peau, à penser comme lui et à me méfier de la suite de l'histoire. J'ai aimé découvrir son parcours et sa vie. J'avais peur avec lui, j'avais un sentiment de crainte qui m'oppressait à juste titre. J'avais l'impression d'être lui et de suivre l'histoire à travers lui. Et c'est là que ça en fait un livre fantastique puisque très peu d'auteurs arrivent à me donner ce sentiment, cette impression d'être au coeur même de l'histoire Et même si les nombreuses questions que l'on pourrait se poser ne trouvent pas de réponses, je me dis que ce n'est pas grave puisque Joseph n’en a pas non plus. Je me dis également que les réponses, nous les trouverons certainement dans le prochain tome, s'il paraît un jour en version française. En attendant de découvrir la suite, je vous encourage vivement à lire ce livre où l’action est omniprésente. Je pense que vous ne serez pas deçu du voyage si vous aimez ce genre d'histoire...

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    « Enfants de la paranoïa [01] » de Trevor Shane « Enfants de la paranoïa [01] » de Trevor Shane « Enfants de la paranoïa [01] » de Trevor Shane « Enfants de la paranoïa [01] » de Trevor Shane

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh


    votre commentaire
  • / ! \ Ne lisez pas le résumé si vous ne voulez pas être spoilé / ! \

    « Le journal intime de Georgia Nicolson [03] » de Louise Rennison

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    Ayant apprécier les deux premiers tomes, j'ai tout naturellement décidé de continuer sur ma lancée en amorçant le troisième « journal intime » de Georgia Nicolson.

    Une fois de plus, il n'y a pas de grandes surprises : l'auteur nous emmène directement dans la vie de Georgia, toujours aussi barge et amoureuse. Toujours aussi jeune et pleine d'entrain. Mais surtout, toujours aussi adolescente et farfelue. Le ton reste aussi léger que pour ses prédécesseurs. Quant au style d'écriture, et bien... il est toujours aussi familier (ça fait beaucoup de toujours, vous ne trouvez pas ?). Les personnages, fidèles à eux-mêmes, nous font sourires dès les premières pages et nous donnent envie de nous fondre un peu plus dans la peau de l'héroïne, afin de découvrir la suite de sa vie rocambolesque.

    Ce troisième tome est un peu plus léger, certes, mais il fonctionne toujours aussi bien. Et pour cause : sa légèreté nous aide à le dévorer en quelques heures et la fin, qui n'en est pas vraiment une, nous pousse à vouloir connaître les prochaines péripéties de Georgia, mais aussi celles de ce pauvre chat sauvage amoureux qu'est Angus. Je ne le dirais pas, bien que vous l'ayez déjà compris, mais nous nous retrouverons certainement dans quelques temps pour mon avis sur le quatrième livre. En espérant que les prochaines parutions soient toujours aussi drôles et attractives...

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison

    « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison « Le journal intime de Georgia Nicolson » de Louise Rennison

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh


    1 commentaire