• « Monster High : tome 1 » de Lisi Harrison.

    « Monster High : tome 1 » de Lisi Harrison.

    Challenge A&M

    Nombre de pages : 317   |   Editeur : Castelmore

    Challenge A&MMon avis :

    Ma première impression concernant Monster High n'est pas ce que l'on pourrait qualifier d'idéale et pourtant, je lui ai quand même accordé une note relativement haute. Pourquoi ? Parce que j'ai trouvé que l'histoire avait un certain potentiel. Ce n'est pas tout les jours que l'on croise un bouquin où il est question de petits monstres, descendants des plus grandes légendes terrifiantes qui constituent nos petites vies de normies - personne humaine - et qui réussit à nous faire rire sur bon nombre de pages. Monster High, c’est avant tout l’histoire de deux adolescentes. D’un coté, nous avons Mélodie ; une humaine simple, qui ne se prend pas la tête et que j’ai trouvé particulièrement attachante. Ses parents sont ce que l’on pourrait qualifier de gens beaux, à qui tout réussit. Son père est un brillant chirurgien – il l’aura d’ailleurs prouvé en opérant sa propre fille – et sa mère, un célèbre mannequin qui s’est reconvertit en décoratrice. De ses deux parents, c’est Candace – sa sœur – qui a hérité des plus beaux atouts, ne lui laissant qu’une voix mélodieuse qu’elle à égarée avec son asthme. Mélodie ne se considère pas comme une fille belle, elle semble même mépriser quelque peu ces personnes qui se croient supérieures parce qu’elles ont un plus beau physique et regrette parfois même son ancien nez que son père à opérer. De l’autre coté, nous avons Frankie. Une enfant gâtée et capricieuse à la peau couleur menthe à l’eau. Dans l’ensemble, c’est elle la plus capricieuse. Elle vit sa vie, achète de manière compulsive bon nombre de choses superflues sur internet, dont pas mal de vêtements de créateurs juste parce que « c’est la tendance ». Elle passe ses journées à lire des magasines de modes pour être à la page ; etc. Jusqu’au jour où ses parents lui annonce qu’elle va devoir fréquenter une école de normie. A premier égard, cette nouvelle serait trop voltage, mais en réalité, ce n’est que le début des aventures de miss catastrophe.

    Bon, je dois dire que ce n'est pas le roman de l'année et qu’il ne rentrera très certainement pas dans les classiques du genre, je dois cependant avouer que j'ai passé un agréablement moment une fois la vague "mode" amorcée. Car oui, si il y a un gros point noir dans cette lecture, c'est bien celui-ci : l'auteur ne cesse de parler mode. La vie de nos deux héroïnes : Mélodie et Frankie; ne tourne qu'autour des accessoires tendances, des sacs de marques et des vêtements griffés par les plus grands créatures tels que ces très célèbres YSL et Gucci. Personnellement, j'ai trouvé ces petites précisions assez dérangeantes. Une fois, je ne dis pas, mais le livre était littéralement parsemé de références de créateurs et de marques. J'ai eu vite fait de penser que je lisais, non pas un bouquin, mais bien un catalogue de mode.

    Cette note un peu sombre mise de coté, je dois avouer une seconde petite chose : le livre est on ne peut plus prévisible. Pas besoin d'être extralucide pour comprendre le déroulement de l'histoire dès les premières pages entamées. Les situations sont relativement simples et explicites pour savoir qui est quoi, pourquoi et comment cela va se terminer. Je suis peut être un peu dure, mais c'est le ressentis que j'en ai eu. Je n'ai pratiquement eu aucunes surprises lors de cette lecture et pourtant, comme je l'ai précisé plus haut, je lui accorde une note pratiquement excellente. Entre autre : pour les moments de détente que ce livre m'a inspiré. Ca fait du bien de lire en se disant qu'il n'y a pas de but très « sérieux » à la lecture. Je ne sais pas comment l'expliquer. C’est une petite découverte simpliste, captivante malgré les quelques inconvénients rencontrés et le style est passablement acceptable; peut-être un peu trop tourné jeunesse malgré tout, mais je pense que c'est cela qui permet de se détendre si intensément. En conclusion : ce fut une découverte intéressante que je conseillerais plutôt aux jeunes adolescentes pour l'écriture très centrée jeunesse. Après coup, je pense que c'est surtout une histoire de goût et de couleurs... ;)

    « Salut, beau gosse! cria Candace par la fenêtre, avant de se cacher derrière le rebord. (Le garçon se retourna et regarda dans leur direction en s'abritant les yeux du soleil. Candace releva la tête pour jeter un coup d'œil par-dessus le rebord.) Non. J'en veux pas, marmonna-t-elle. Trop jeune. Bigleux. Blanc comme un cachet d'aspirine. Tu peux l'avoir. »

    Challenge A&M

    Challenge A&M


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Novembre 2011 à 19:55
    Marc Lef.

    Je trouve l'idée de départ sympa, alors pourquoi pas...

     

    2
    naïs . M
    Lundi 5 Novembre 2012 à 16:19

    c'est un roman?

     

    3
    Lundi 5 Novembre 2012 à 21:08

    A vrai dire, c'est une saga. Ils en sont déjà au troisième tome (que je n'ai pas encore lu) et j'ignore encore de combien de livres elle se composera. :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :