• « La toute première fois » de Lauren Strasnick

    La toute première fois de Lauren Strasnick    288 pages | Wiz | 5 €

    « La toute première fois » de Lauren Strasnick

     


    C'est la toute première fois que je pleure pour un rien, que je fais l'amour sans y avoir songé une seconde avant, que je me dispute à tort et à travers, que je mens sans ciller à mon meilleure ami...

    Mais si tout cela m'arrive à moi, Holly, c'est pour une raison très précise qui ne me fait pas sauter au plafond, loin de là. Tout ça me tombe dessus car c'est la toute première fois que je suis amoureuse... Enfin, je crois. 

     

     

    Ce que j'en ai pensé                    « La toute première fois » de Lauren Strasnick

    La couverture me semblait être la promesse silencieuse d’une histoire intéressante, encouragée par un résumé tant parlant, qu’intriguant. Et je pense que ma note aurait pu être plus généreuse, si seulement la plume de l’auteur ne m’avait pas tant déconcertée. Parce que oui, le mot est bien choisi : j’ai été déconcertée par ce livre. Le sujet était pourtant bien trouvé, alliant le deuil, l'amour et la complexité de l’adolescence et de l’amitié... Des petites choses déjà exploitées par d’autres, mais jamais de cette façon-là. Et entre nous, je pense que si l’auteur avait travaillé « La toute première fois » autrement, j’aurais pu être véritablement conquise. 

    Mais ce ne fut pas le cas. Je n’ai pas apprécié le style de l’auteur, ni la manière dont elle approchait les choses. Le contenu, bien que prometteur, n’était pas assez riche à mon goût, ni même assez prenant, puisque je n’ai pas su entrer dans l’histoire. Le personnage de Holly m'a énervée, plus qu'elle ne s'est attiré ma sympathie. Quant aux personnages masculins… Et bien ils ne m’ont pas marquée davantage, oserais-je même dire qu'ils m'ont laissée de marbre.

    Lauren Strasnick nous jette dans son imaginaire dès les premiers lignes, sans préambule, ni autres formes de procès, et je dois dire que cela ne m'a pas particulièrement plu, puisqu'on ne sait finalement que très peu de choses lorsque l'on démarre la lecture. Le choix de la narration m'a également quelque peu dérangée : on passe d'un événement à un autre sans explications, sans parfois même de continuité, et c'est quelque chose de relativement dérangeant. Je ne sais pas comment l'expliquer... je sais juste que ce style m'a déplu et que j'ai eu beaucoup de mal à m'y faire, d'autant plus que - comme dit plus haut - je n'ai pas particulièrement éprouvé de sympathie pour Holly. 

    Au-delà de ça, j'ai trouvé que l'auteur choisissait parfois la voie de la facilité, et l'exemple le plus flagrant n'est autre que la fin, puisque j'ai véritablement été déçue de la manière donc le livre s'achevait, comme si l'auteur avait décidé de bâcler son contenu en empruntant justement cette voie. Après m'être farcie 280 pages, je devais certainement m'attendre à quelque chose de plus, bien que cette chose ne se soit malheureusement jamais manifestée...

    Je n’aime pas critiquer un livre de cette manière parce que j’estime qu’un auteur met du temps à mettre de l'ordre dans ses idées, avant de les formuler dans le but de publier un contenu qu'il jugerait digne de ses lecteurs. Mais le fait est que je n’ai pas apprécié cette lecture et que je m'efforce de vous en expliquer les raisons. Je tiens évidemment à préciser que c'est mon avis personnel, et que vous pourriez donc être surpris par cette lecture si vous lui laissez l'opportunité de vous atteindre. Je ne peux que vous encourager à vous forger votre propre opinion, en espérant simplement que cette lecture vous plaira davantage qu'à moi. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :