• Accueil

    Nombre de pages : 304 | Editeur : Pocket

    Accueil

    Cela faisait quelques temps déjà que j'avais envie de me laisser tenter par un bouquin de Marc Levy. Sa renommée, ses histoires que l'on disait immanquables, son style d'écriture remarquable, etc. Bref, une ribambelle de chose qui, il y à un mois, m'a permise de découvrir cet auteur par un ouvrage qui me semblait très convainquant. Et je n'ai pas du tout été déçue.

    Le voleur d'ombre, c'est l'histoire d'un petit garçon qui se découvre un pouvoir, celui de s'accaparer les ombres des autres quand sa propre ombre en chevauche une autre. Un rayon de soleil, et voilà que devant lui s'étire la silhouette d'Yves, le concierge de l'école. Hop. Une autre éclaircie et c'est Marqués qui prend la forme de son ombre. Parfois, elles lui parlent. Elles lui chuchotent des choses. Des histoires. Des secrets. D'autres fois, il voit même des souvenirs en images. Un vrai cauchemar pour ce petit bonhomme qui ne comprend pas encore ce dont il est réellement capable.

    Je ne préfère pas dévoiler d'avantage de détails sur cette histoire pour garder un minimum de suspens et de magie. Je peux tout fois vous garantir que j'ai trouvé l'histoire très belle dans ses débuts. L'innocence des enfants face aux problèmes des grands, face à des choses qu'ils ne comprennent pas toujours et l'amitié qui se créée avec Yves m'ont beaucoup touchée. Les personnages sont agréables à découvrir. Ils sont parfois tendres, parfois tristes, ont parfois juste besoin d'un petit coup de pouce de la vie pour réussir... Je ne sais pas comment exprimer ce que j'ai ressenti.

    Ce livre, c'est une poésie. Une lecture à découvrir pour son coté tendre et enfantin, mais aussi pour son coté dur, avec l'après.

    Le garçon grandit, découvrir des choses sur son passé, avance dans le futur. Il doit faire des choix, des sacrifices. Il oublie cette petite part de lui, cette faculté de voler les ombres. Sa petite part d'enfance s'efface, s'effiloche avec le temps, jusqu'au jour où son passé refait surface. Le petit garçon d'autrefois, celui qui se moquait bien de Marquès et de son histoire d'amour avec Elisabeth, croise la route du jeune étudiant de médecine. Jusqu'au jour où tout se met en place. Jusqu'au jour où La poésie reprend.

    « Si tu savais, Cléa, que pour moi tu es la plus jolie fille du monde, celle dont les cris rauques effacent les ciels de grisaille, celle dont la voix sonne comme un violoncelle. Si tu savais qu'aucune fille au monde ne fait virevolter les cerfs-volants comme toi. » Cette phrase, je l'ai murmurée dans ton dos pour que tu ne l'entendes pas. Face à toi c'est moi qui étais devenu muet.

    Accueil


    3 commentaires
  • « Multiversum [01] » de Leonardo Patrignani

    Mon avis en quelques lignes : L’histoire qui démarrait tout en douceur, a embrayé sur un rythme beaucoup trop rapide pour moi. Tout s’est enchaîné très vite, sans avoir une réelle suite logique. Je pourrais d’ailleurs découper cette lecture en trois parties. La première : une vraie réussite où la relation n’était pas trop présente et la connexion suffisamment abordée que pour donner l’envie de continuer. La seconde : de la poudre aux yeux envoyée sous formes de promesses. Les questions prenaient formes, mais le lien devenait déjà bien trop pesant. La dernière : une réelle déception. La note finale m’a vraiment mise des points d’interrogations dans les yeux. Je m’attendais à autre chose et je reste déçue par la tournure des évènements. Je lirais probablement le second tome, mais sans grande conviction.

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    Certains l'auront sans doute déjà remarqué, mais je préfère tout de même le préciser : je n'ai pas retranscrit la totalité du synopsis dans la présentation, parce que je considère qu'il donne un peu trop d'informations sur le contenu de l'histoire (c'est d'ailleurs l'une des choses que je reproche le plus souvent dans les maisons d'édition). Mais trêve de bavardages...

    Lorsque j’ai commencé cette lecture, j’avais un bon pressentiment. Le titre « Multiversum » me semblait regorger de promesses et laissait présager bon nombre de choses surprenantes, à commencer par le lien invisible unissant nos deux héros. Cette connexion m’intriguait énormément et j’avais hâte de savoir quelle était son origine (n’ayant pas lu le synopsis, je demeurais dans le flou), mais aussi de savoir où l’auteur allait nous mener avec ce fil conducteur. Je m’attendais à beaucoup de choses, j’appréhendais les révélations et l’avancement des échanges entre Alex et Jenny. Et puis ce qui s’avérait être une réussite, s’est révélé être une petite déception…

    Je mentirais en disant que l’histoire n’était pas bien ficelée. L’auteur à su nous mener là où il le voulait et ce, quand il le voulait en parsemant son livre de nombreuses péripéties et d’informations intéressantes. Mais cela n’a pas suffit. La relation entre les personnages principaux s’est peu à peu intensifiée pour devenir carrément mièvre à mon goût. Tout était lent au début, tout se découvrait sans pour autant nous submerger. Le rythme était bien et il y avait ce qu’il fallait de suspens pour nous donner envie de découvrir la suite. Et puis d’un coup, ce fut l’explosion. Tout s’est enchaîné avec une telle vitesse que je me suis un peu perdue dans le récit.

    Le premier tiers, j’ai beaucoup apprécié l’histoire. La relation, bien qu’existante, n’était pas trop prenante. L’auteur entretenait la flamme en abordant d’autres « thèmes » tout aussi important. L’univers prenait forme sans que l’on ne soit enseveli sous une tonne d’informations. Le second tiers, j’ai commencé à décrocher. La connexion prenait tout son sens, mais peut-être pas de la façon dont je l’imaginais. Et puis il y a eu le dernier morceau où j’ai vraiment eu du mal. J’avais, certes, l’envie de connaître la suite, mais je n’étais pas convaincue par l’orientation du récit. Quant au final, il m’a vraiment déçue. Je ne sais pas comment l’expliquer… Je pense que j’en attendais tellement que j’ai fini par monter certaines barrières trop hautes. Barrières que, malheureusement, l'auteur n'a pas su palier.

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh

    « Multiversum [01] » de Leonardo Patrignani « Multiversum [01] » de Leonardo Patrignani « Multiversum [01] » de Leonardo Patrignani

    « Psi changeling [01] : Esclave des sens » de Nalini Singh


    votre commentaire
  • Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor

    Je ne saurais toujours pas dire, à l’heure actuelle, ce qui m’avait déplu dans cette lecture lors de mon premier essai. J’imagine que les défauts trouvé lors de cette seconde approche doivent en partie en être la cause, je vais donc rentrer dans le vif du sujet avant de perdre le fil en commençant par le meilleur ou plutôt le pire : les défauts du livre (de plus que j’imagine que j’ai dû vous manquer après tant de temps sans nouvelles. Je vous rassure, et vous le constaterez : « oui, je suis toujours en vie »).

    En premier lieu, je vous parlerais du personnage principal – Poppy – que j’ai trouvé superficiel à souhait (dans le sens non travaillé du terme). L’auteur n’a pas vraiment pris la peine de développé sa personnalité puisque, personnellement, je l’ai trouvé particulièrement creuse, voire plate. Les évènements s’enchaînent sans que ses réactions ne changent. Elle subit les choses sans exprimer la moindre parcelle d’émotion logique. Là où quelqu’un de censé ressentirait de la colère, elle n’éprouve qu’une simple indifférence. Là où cette même indifférence devrait être exprimée, elle s’approche d’une hystérie sans nom et j’avoue avoir détesté cela. Après tout, n’est-ce pas là le but même d’un roman que d’éprouver de la sympathie/de la révolte pour le personnage clef ?

    Ma seconde déception ne fût autre l’histoire. Je trouve qu’une fois l’univers de L. J. Smith découvert, il n’y a plus vraiment de magie. On se doute parfaitement de la tournure des évènements. On sait d’avance comment se déroulera le grand final puisque sa ligne directrice est toujours à peu près similaire. Il n’y a pas de surprise, pas d’approches surprenantes. Je pourrais résumer le livre en ces quelques mots : amour secret, terrible nouvelle, romance, rebondissement, peur, romance, etc. On approche de très près le happy end, on le frôle, on l’effleure et on fini évidemment par connaître la suite des évènements avant qu’elle ne se produise. Je mentirais en disant que je n’aime pas ce genre d’histoire, je trouve juste dommage que l’auteur se soit barricadée dans cette facilité alors qu’elle possède un grand potentiel.

    Troisième retombée : le thème. Après avoir lu le synopsis, j’éprouvais l’énorme envie de voir les acteurs en proie au Night World, je souhaitais dès le départ observer leur position de faiblesse face aux « méchants au pouvoir » et découvrir leur excuse pour avoir enfreint ces fameuses règles dont on parle sur le quatrième de couverture. Or, il n’en fût rien. On ne parle que très peu, si ce n’est pas du tout, de cet autre côté du miroir et ça me désole un peu puisque j’avais hâte d’y être confrontée.

    Au final, en lisant mon avis, je constate qu’il y a plus de mauvais côtés que de bons (d’ailleurs, où sont les bons, me direz-vous). Et pourtant, bien que je sois un peu déçue que L. J. Smith se soit cantonnée à la romance dans ce premier tome qui me semblait pourtant si prometteur… Je dois reconnaître que l’idée en elle-même n’était pas mauvaise. Elle manquait peut-être juste d’un peu de profondeur que pour vraiment m’atteindre... Vous constaterez que ma note est assez positive, pour la simple et bonne raison que malgré ses défauts, cette histoire a su me laisser sur ma faim de telle façon que je n’ai pu m’y résoudre… J’ai entamé le second tome directement après avoir refermé celui-ci. Et rien que pour cela, je lui accorde le « bénéfice du doute » en vous encourageant à le lire malgré tout.

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor

    « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith

    « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor


    votre commentaire
  • Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor

    Une fois de plus, il n’y a pas vraiment de surprises quant au contenu de l’histoire. L.J. Smith tâtonne sur des valeurs sûres (vampires, amour interdit, romance) et s’enfonce un peu plus dans cet univers fantastique qu’elle ne sait que trop bien maîtriser – et malheureusement réutiliser encore, et encore.

    Ayant apprécié le premier tome, que j’avais cependant trouvé fortement similaire à ses nombreuses autres histoires, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus surnaturel, d’un peu plus différent. Également un peu lassée par la vague des « vampires », je ne cache pas que j’aurais aussi souhaité ressentir un petit vent de fraîcheur avec un thème plus axé sur les sorcières, ou d’autres créatures fantastiques qui, je le sais, n’auraient pas manquées d’être attractives si tout droit sorties de l’imagination de l’auteur.

    De plus, le manque de réponses, que j’avais déjà relevé dans le premier livre, est malheureusement toujours d’actualité. On n’obtient toujours que peu - ou pas - de réponses quant à cette société secrète qu’est le Night World. Je vais me répéter, mais étant le titre du livre et l’ayant dans le résumé, je m’attendais à ce qu’il soit le thème de l’histoire. Or, on ne parle pratiquement jamais de ses membres. On connaît, certes, quelques conséquences, quelques sentences qui ne manqueraient pas de tomber si les règles ne sont pas suivies à la lettre par la communauté surnaturelle mais… Qui sont les ancêtres ? Pourquoi ces lois ? Que se passera-t-il si elles sont enfreintes ? Quelles seront les réelles conséquences ? Je suis restée sur ma faim.

    Cela étant dit, j’ai tout de même apprécié l’histoire qui, bien que reprenant un ou deux personnages du premier tome, repart tout de même sur de nouvelles bases et de nouveaux personnages. On remet les compteurs à zéro et on recommence avec la même idée en tête : la romance… Vous l’aurez donc compris, ce second tome est propice à de nouvelles questions qui demeurent sans réponses, les êtres surnaturels sont bien présents, les humains sont également toujours là, mais ne sont pas vraiment « enviables », ni compréhensibles (je me suis même parfois demandé ce qu’il se passait par moments -> ma tête avoisinnant ce smiley : ô_Ô), mais le tout reste assez cohérent par rapport au style de l’auteur et l'intrigue est plutôt bonne puisqu'elle est sous forme d'enquête « policière ». A découvrir donc !

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor

    « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith

    « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith « Night World T01 » de L. J. Smith

    Prélude « Animale, tambours dans la nuit » de DIXEN Victor


    votre commentaire
  • Challenge A&M

    Nombre de pages : 354   |   Edition : Albin Michel   |   Collection : Wiz

    « Chobits : tome 1 » de Clamp

    Je ne vais pas vous mentir : bien que l'intrigue ait titillé ma curiosité, c'est d'avantage la couverture qui m'a motivée à amorcer cette lecture. J'ai tout de suite su apprécier le style de la mise en page très mystérieuse, énigmatique avec la petit robe bleue, la perspective coupée du personnage, le téléphone, etc. L'atmosphère du livre est tout de suite très palpable. On sait que l'univers tournera autour de communications qui conduiront - ou non - à un véritable saut dans le vide... Mais il vaut peut-être mieux que j'arrête là mes divagations et que je rentre dans le vif du sujet : le contenu du roman !

    Et là, je vais vous avouer que je vais être un peu moins enthousiaste puisque j'ai légèrement été déçue par celui-ci. Je m'attendais à quelque chose de frais, de nouveau. Une histoire fantastique et jeunesse, certes, mais qui donnerait une leçon de vie ou qui nous laisserait imaginer quelle serait notre réaction à la place de l'héroïne, Devorah. Je n'ai pas ressentis cette sensation. Je me suis contentée de lire sans trop savoir pourquoi je continuais, ni sans savoir pourquoi je n'arrêtais pas. C'est une histoire agréable, certes. Prenante, probablement. Agaçante aussi parfois, je dirais. Le personnage du présent n'est pas vraiment le genre de personnage qui me donne envie de poursuivre une lecture. Peste, méchante, autoritaire. Ses réactions sont peut-être un brin poussées, un brin dictaturales. Celle du passé, cependant, à su trouver ma satisfaction. J'ai d'avantage préféré les aventures de la petite Devorah que celles de la grande. Les choix de cette dernière ne sont pas toujours fondés, on se demande un peu pourquoi elle veut chercher si loin. On se demande également pourquoi la plus jeune se laisse ainsi démonter sans rien dire... Beaucoup d'incompréhentions alors qu'il s'agit là de la même et unique personne.

    Pour en revenir sur le contenu, je ne me suis pas vraiment identifiée à qui que ce soit. Je n'ai pas toujours compris comment les changements dans le passé pouvaient intervenir sur le présent, comment tout pouvait aller si vite, pourquoi les choix furent si décisifs, pourquoi Devorah a-t-elle eu envie de se mentir à elle-même, comment se fait-il que tout ait  parfois changé si vite ou - en opposition - comment se fait-il que certaines choses n'aient pas trouvées d'autres voies, etc. Je me suis parfois interrogée sur ce que je changerais dans ma vie avant de me dire que de tels changements (comme Devorah les envisage) ne me tenteraient pas plus que cela. Certains lecteurs ont vus dans ce roman une forme de  « leçon de vie », mais j'ignore laquelle. Personnellement, je n'ai pas eu besoin de lire ce roman pour me dire que changer le passé pourrait être une chose mauvaise, tout en ayant de bon cotés. Je terminerais cet avis en ajoutant ceci : je regrette que l'histoire n'ait pas été plus loin, qu'il y ait eu tant de longueurs et pas assez d'explications. J'aurai préféré connaître un peu plus l'histoire de Bryan (Brian ?) et Devorah puisqu'au final, c'est quand même leurs nombreuses rencontres qui m'ont poussée à continuer jusqu'au bout. Dommage pour cette fois où ça finira en une petite déception, malgré une certaine liberté d'esprit dans cette lecture reposante.

    Challenge A&M


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique